pays de la loire
Choisir une région

ENSEMBLE C'EST MIEUX ! - Pays de la Loire

Du sourire, des rencontres, des invités et des échanges de bons-plans. Du lundi au vendredi à 10h45
Logo de l'émission ENSEMBLE C'EST MIEUX ! - Pays de la Loire

Vivre mieux : la cocotte fait un tabac !

La cocotte mijote nos bons petits plats. / © Marilyn Acosta / Flick'r creative commons
La cocotte mijote nos bons petits plats. / © Marilyn Acosta / Flick'r creative commons

On l'a croyait morte et enterrée, définitivement remplacée par la cuisson vapeur, le four micro-ondes et autres gadgets. Les retrouvailles des Français avec les fourneaux sonnent son grand retour dans nos cuisines. Pourquoi la cocotte est l'accessoire idéal d'un plat mijoté, rissolé ou à l'étouffée ? 

Par Xavier Collombier

Pourquoi ce retour en fanfare ?

Nous redécouvrons les qualités soulignées par nos grands-mères des cocottes en fonte. Elles permettent de faire mijoter blanquette, petit salé aux lentilles, choucroute bio. Elles sont le partenaire de choix pour faire rissoler ces divines pommes de terre grenaille à la graisse d'oie. La cuisson à l'étouffée ne lui fait pas peur. Le rôti y prend ses quartiers d'hiver et la cuisson vapeur n'a qu'à bien se tenir !
Connaissez-vous meilleur mode de cuisson pour magnifier les saveurs, faire sortir le suc des viandes, et napper d'une touche d'épice un poisson d'eau douce ? 
Les nouveaux modes de cuisson à induction permettent de combiner une arrivée régulière et constante de la chaleur avec un matériau, la fonte, permettant de lentement amener votre plat à une cuisson idéale sans le déshydrater. 
La cuisson au gaz n'avait elle pas en fait tuée la cocotte en desséchant nos aliments ? On oubliait les plats de mammy qui cuisaient lentement sur le bord du feu de bois. Ce feu qui donnait au pot-au-feu un goût d'éternité. 
Dans la cuisine au gaz, à tous les étages, de nos mères depuis les années soixante, il fallait toujours faire vite. On ne jurait plus que par la cocotte minute, la vapeur à tour de bras pour réhydrater nos plats, cuits trop vite, avalés en deux temps, trois mouvements. 

Après la vague du plat préparé, le retour de la cuisine qui prend son temps

Ainsi va la vie. Fatigués de ces plats sans étincelle, tout prêts et trop salés, nous redécouvrons les plaisirs simples d'un plat de grand-mère à saucer entre amis. Le rôti du dimanche retrouve grâce à nos yeux, à condition de bien mijoter dans sa cocotte au four entouré d'eau. On rejoue le plat du terroir, comme ce baeckeoffe alsacien qui peut très bien vivre ses trois heures de cuisson dans un four électrique, plongé dans une cocotte entourée d'eau comme une île au milieu des assauts répétés de la chaleur. Les pommes de terres nappées de la douce odeur du riesling, des épices et feuilles de laurier me font retrouver le chemin de la maison.
Bon appétit et vive la cuisson à la cocotte. Mais ma petite madeleine restera ces oeufs cuits à la Lorraine dans un four en cocotte individuelle : du lard, des oeufs qui mijotent et à la sortie de la crème fraiche et une trainée de vinaigre de cidre, c'est Byzance pour votre tranche de pain.

Des oeufs en cocotte, la variation est infinie. / © Premshree Pillai / Flick'r Creative commons
Des oeufs en cocotte, la variation est infinie. / © Premshree Pillai / Flick'r Creative commons



A lire aussi