Ensemble c'est mieux !

Du lundi au vendredi à 10.45  
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux !

Vivre mieux : le plateau de fruits de mer du réveillon

Quelques fruits de mer pour un menu de réveillon traditionnel / © cc flickr
Quelques fruits de mer pour un menu de réveillon traditionnel / © cc flickr

Pourquoi sert-on des fruits de mer au réveillon de Noël ou du jour de l'an ? Pas de raison précise, même si c'est une tradition ancrée dans les traditions des pays du nord de l'Europe, tant mieux c'est délicieux et surtout de saison !

Par Christophe Turgis

Pourquoi manger des fruits de mer à Noël et au réveillon du jour de l’an ? Parce que c’est la pleine saison d’abord !
Si pour les oursins, c’est plutôt novembre, pour les Coquilles Saint-Jacques, les crevettes, les homards, les huitres, les moules nous sommes en plein dedans ! Et comme janvier est plutôt le meilleur mois pour les bigorneaux et les bulots, le plateau de fruits de mer s'impose comme met de fête durant cette période de l'année.

C’est un plat relativement cher selon sa composition. Si on le compose d'huitres et de homards, ou de quelques moules et de quelques bigorneaux, la différence sera considérable. Mais, comme c’est fête, on hésitera moins à dépenser chez le poissonnier ou à l’étal de l’écailler.


Frais et faciles à préparer

Ces fruits de mer ont aussi un côté pratique, peu de préparation, en dehors de la cuisson des crustacés et de la... mayonnaise !
Et pour faire un repas de veille de Noël c’est bien pratique. Entre la fin de la journée de travail et la messe de minuit qui conserve toujours son aura mystérieuse, ce plateau de fruits de mer apporte donc quelque chose de pratique et festif à la fois. Et pas qu’en France, les fruits de mer au réveillon de Noël se consomment dans les Pays d’Europe du nord. Frais pêchés bien évidemment, il suffit d'un coquillage pour gâcher la fête !

Ensuite pour le repas de Noël proprement dit, à midi le 25 décembre, on retrouvera plutôt des volailles rôties à la table familiale.
Mais là encore, la tentation des fruits de mer reste forte, surtout si on a pas réveillonné en chantant minuit chrétien en attendant d’ouvrir les cadeaux au pied du sapin !


Y aura-t-il des huitres à Noël ?

La réponse est oui ! Même si la production a fortement baissé. Avec près de 90.000 tonnes par an est loin des 160 000 tonnes des années 90 ! 1990 au siècle d'avant. La mortalité est malgré tout en recul en 2016 et la qualité jugée excellente.

Les huîtres avec les abeilles, jouent le rôle de sentinelles de l'état de l'environnement, marin pour l'une, terrestre pour l'autre. Dans les deux cas cet environnement est de plus en plus pollué. Un problème pour la filière conchylicole qui représente environ 1 milliard d'euros, avec 4 500 entreprises réparties sur le littoral français.