• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Ensemble c'est mieux !

Du lundi au vendredi à 10h50  
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux !

Votre véto : le bien être animal

Le bien être de l'animal est-il respecté au moment de sa mise à mort ? / © Xavier Leoty / AFP
Le bien être de l'animal est-il respecté au moment de sa mise à mort ? / © Xavier Leoty / AFP

Les animaux dont la chair entre dans notre alimentation ne doivent pas faire l'objet de souffrances particulières, Didier Schmidt-Morand, votre véto à 9H50 le matin défend le rôle de sa profession en matière de bien être animal.

Par Christophe Turgis

Pourquoi parle-t-on du bien être des animaux?

C'est une notion très actuelle, qui préoccuppe beaucoup lesmédias et pour laquelle le public est informé de façon tronquée, et incomplète selon notre véto Didier Schmidt-Morand. "La chambre des députés vient de voter la vidéosurveillance de l'abattage des bovins obligatoire : voilà quelque chose de bien et de malheureux à la fois".

Pourtant la pris en compte du bien être animal nous oblige à contrôler l'abattage des animaux. Les vidéos "chocs" de l'association L214 ont montré des horreurs filmées dans quelques abattoirs français. Elles éveillent les consciences. Ce qu'elles montrent est effectivement scandaleux. "Mais les médias reprennent ces donneurs d'alertes pour en faire des reportages toujours sensationnels, toujours à charge, et le public, les téléspectateurs, les internautes globalisent, et maintenant le public français est convaincu que l'on massacre les animaux dans les abattoirs sans aucune précaution". D'où la vidéosurveillance !

"Comme dans toutes les corporations, il y a des bons professionnels, et il y a des incapables, inconscients du mal qu'ils font, en l’occurrence aux animaux, mais aussi à toute leur filière. Le mouvement végétarien ou même végane se développe sur la base de ces informations".


Mais le mouvement "végane" veut justement mieux respecter les animaux?

Il convient de respecter les convictions de chacun. Mais, 70 milliards d'animaux sont tués chaque année pour nourrir la population mondiale, et nous seront  9 milliards en 2050. L'homme est omnivore, et notre chien de compagnie reste carnivore.

"Même si les produits laitiers n'ont pas la connotation sanguine de l'égorgement pour la viande, il ne faut pas oublier que la vache doit faire un veau tous les ans pour faire du lait. Que va-t-on faire de ce veau si personne ne le mange ? Et accessoirement que vont devenir nos paysages de campagne s'il n'y a plus de prairies" ? questionne Didier Schmidt-Morand. "En défenseur absolu du bien être animal, je suis formé pour être un technicien qui évalue parfaitement la douleur animale, mais je reste un omnivore qui assume les denrées animales à manger. Je me vois encore à 13 ans, dans la cour d'une ferme berrichonne, comment j'ai appris à saigner mon premier poulet, et étouffer ma première pintade. Le lait ne sort pas de la brique de la coopérative laitière, et la saucisse n'est pas apparue toute seule dans son emballage en plastique parfaitement étiqueté".


Que penser des abattages rituels ?

C'est un problème qui vient s'ajouter au précédent. "Je rappelle qu'il existe en France deux filières d'abattage rituel, bénéficiant d'une dérogation aux normes du Ministère de l'Agriculture: l'abattage halal, pour la religion musulmane, et l'abattage cachère pour la religion juive. Jusqu'à l'année dernière, aucun avis n'existait, de la part des vétérinaires". En 2016, un nouveau texte de lois donne obligation aux vétérinaires de "participer à toute action dont l'objet est d'améliorer la santé publique vétérinaire, y compris le bien-être animal." Le Conseil de l'Ordre des vétérinaires a officiellement rendu un avis considérant que "les abattages rituels pratiqués en France actuellement sont incompatibles avec le bien être animal".

"Il ne faut pas croire que les animaux sont tous abattus de cette façon, pour satisfaire les religieux, et que tous les autres, catholique, protestants ou orthodoxes, mangent de la viande halal sans le savoir... c'est faux. Et ça n'existe qu'en Ile de France, ou certains gros abattoirs abattent uniformément de façon rituelle tous les animaux quel que soit le circuit de distribution" !


La mise à mort des animaux de boucherie est-elle compatible avec le bien être animal?

"On peut affirmer, aujourd'hui, en France, que la grande majorité des abattoirs travaillent dans le respect de l'animal. Il existe depuis plus de 30 ans une Association spécifique de Protection des Animaux d'Abattoir. Effacer tout ce travail avec quelques vidéos chocs est profondément injuste pour toute la filière bouchère. Les vétérinaires peuvent assurer ces propos, et comme partout quelques moutons noirs ne doivent pas jeter l'opprobre sur tous".

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité