Asserac : un accident qui tourne au cauchemar

En Août 2010, une habitante d'Asserac a été brûlée par un décapant chimique dans un magasin de déstockage.

Par Fabienne Beranger avec Thierry Bercault

Nadine Rémy, victime de cet accident, se retrouve aujourd'hui doublement pénalisée. Elle ne peut plus s'exposer au soleil à cause de ses profondes brûlures sur la peau. Par ailleurs, les traitements coûteux ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale. Les indemnisations tardent à venir...


Asserac : brûlée par des produits chimiques dans... par France3PaysdelaLoire

La vie de Nadine a basculé le 4 aout 2010. Elle était déja atteinte d'un cancer. Mais ce jour là, elle a été brulé sur les jambes et les avant bras par du desptal G, un décapant chimique à base de soude et de chlore. Pendant 4 mois, elle a souffert de plaies purulentes.

L'accident s'est produit  dans un magasin de déstockage situé à la Roche Bernard.   

Aujourd'hui, Nadine vit enfermée chez elle à Assérac. Elle ne peut plus s'exposer au soleil et n'a plus les moyens de se soigner. Elle a bien touché une provision de 4500 euros mais c'est insuffisant pour payer son avocate et ses 600 euros de crème par mois, des crèmes non remboursées. 

Cela va faire 2 ans qu'elle se bat avec les assurances, les experts et la justice.

Sur le même sujet

Les + Lus