Comment nos députés ont travaillé

La mandature achevée, certains députés se représentent d'autres pas, mais qu'ont ils fait depuis 5 ans ?

Par Christophe Turgis

Les députés nationaux, on les voit à la télé sur la 3 le mercredi en général. C'est la séance des questions au gouvernement. Vraies questions ou grosses polémiques, c'est un théâtre codifié... pour la télé. Mais le reste du temps, ils travaillent, certains beaucoup, d'autres moins...

La scéance du mercredi est la partie la plus visible du travail des députés nationaux. Une après-midi récréative presque. Comme une pièce de théâtre en matinée. Avec les matamores, les timides, ceux qui posent de vraies questions, ceux qui sont là pour faire valoir la majorité ou l'opposition. Chacun dans son camp ou dans son rôle.

Un travail de mise en conformité des textes européens

Pourtant, les députés nationaux travaillent. En commission la plupart du temps. Tous ne sont pas présents lors des votes, ce n'est pas obligatoire. On peut s'arranger avec un collègue. L'activité de la chambre des députés n'a pas vraiment baissé en dépit du travail produit par le parlement européen dont les décisions s'imposent et doivent être transcrites dans le droit national.

Le travail des députés nationaux à 80% consiste à transcrire les textes européens. Leur reste, les 20% qui relèvent de leur initiative de parlementaires ou de celle du gouvernement.

Un travail de croisement de données

L'Observatoire citoyen de l'activité parlementaire, par l'intermédiaire de son site web nosdeputes.fr, publie en permanence l'état de l'activité parlementaire. Le site croise un nombre considérable de données relatives au travail de nos parlementaires. Intéressant de savoir qui fait quoi, qui est assidu, courageux, discret. Paresseux... non! En tous cas pas parmi les députés de notre région.

En croisant 3 données objectives comme la présence en nombre de semaines, les interventions longues ou le nombre de projets de lois déposés, on établit un palmarès ligérien du travail de nos députés. Qui vaut ce qu'il vaut, certes un peu subjectif puisqu'on ne croise pas tous les critères, mais c'est le nôtre !

Au palmarès de la présence au Palais Bourbon

  • Le gagnant est : Serge Poignant, avec 169 semaines de travail
  • 2ème : Michel Piron, avec 163 semaines de travail
  • 3ème : Marc Goua, avec 154 semaines de travail
  • 4ème : Marietta Karamenli, avec 150 semaines de travail
  • 5ème : Michel Hunault, avec 148 semaines de travail
  • 6ème : François de Rugy, avec 146 semaines de travail
  • 7ème : Jean-Luc Préel, avec 145 semaines de travail

Ces 7 députés figurent tous au TOP 150 des députés les plus assidus.

Au palmarès des interventions longues dans l'hémicycle

  • Le gagnant est : Marc Laffineur, avec 4956 interventions
  • 2ème : François De Rugy, avec 1649 interventions
  • 3ème : Jean-Mar Ayrault, avec1555 interventions
  • 4ème : Jean-Luc Préel, avec 1044 interventions
  • 5ème : Michel Hunault, avec 966 interventions
  • 6ème : Michel Piron, avec 963 interventions
  • 7ème : Dominique Raimbourg, avec 657 interventions
  • 8ème : Serge Poignant, avec 538 interventions

Ces 8 députés figurent tous dans au TOP 150 des députés les plus éloquents.

Au palmarès des propositions de lois écrites

  • Le gagnant est : Jean-Marc Ayrault, avec 43 propositions
  • 2ème : Yannick Favenec, avec 29 propositions
  • 3ème : Michel Hunault, avec 18
  • 4ème : François De Rugy, avec 13
  • 5ème : Fabienne Lebrette-Ménager, avec 7
  • 6ème : Gilles Bourdouleix, avec 6
  • 7ème exæquo : Véronique Besse, avec 4
  • 7ème exæquo : Marc Laffineur, avec 4

Ces 8 députés figurent tous au TOP  de ceux qui ont déposé le plus de propositions de lois écrites.

Ce classement ne vaut que pour les trois critères retenus. Un député régulièrement absent, participant peu au travail des commissions, intervenant peu dans l'hémicycle, mais déposant de nombreuses propositions de lois écrites peut figurer dans le fameux TOP 150 de ceux qui produisent.

A l'inverse, on trouve aussi le TOP-150, le classement de ceux qui travaillent peu, sont régulièrement absents, participent peu. Brefs feraient un peu de figuration. Objectivement on en trouve peu dans les 30 circonscriptions des Pays de la Loire. Et pour ne fâcher personne, nous vous laissons le soin de les découvrir vous même sur nosdeputes.fr

Deux "mentions spéciales"

Enfin, deux cas pour cette dernière législature. François Fillon, qui, bien qu'élu député dans la Sarthe pour un mois, alors qu'il était dans le même temps nommé premier ministre de Nicolas Sarkozy, n'est pas venu, et on le comprend, au parlement. Roselyne Bachelot-Narquin, nommée ministre dans le gouvernement de François Fillon, a elle, tout de même réussi à venir travailler deux semaines, durant le premier mois de la session parlementaire en 2007.

Sur le même sujet

Les + Lus