• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Notre série : les Compagnons du Devoir

Le compagnonnage vient de loin, très loin il faut même remonter au temple de Jérusalem...

Par Fabienne Beranger

video title

video title

Notre série : les compagnons du devoir

Premier volet : l'historique

Depuis toujours ces artisans et ouvriers raisonnent en terme de qualité mais aussi de fraternité...

L'histoire

Retour sur leur histoire au musée de l'union compagnonnique des devoirs unis de Nantes...

Le mouvement compagnonnique naît à la fin du moyen âge, mais ses origines historiques sont légendaires. Elles s'enracinent 1000 ans avant JC dans la construction du temple de Salomon ... Et aujourd'hui encore les symboles perdurent chez les compagnons charpentier ....

Au temps des cathédrales se dessine une véritable chevalerie des métiers. Mais entre sociétés de compagnons les rivalités sont rudes. En 1839, Agricol Perdiguier, compagnon et répuplicain engagé prendra position pour l'entraide et la fraternité...

Désormais ce qui inspire le compagnons c'est l'amour du travail et des hommes. Et

Chaque corporation a ses codes...... Mais deux grands symboles incarnent cet état d'esprit.

"La main égale et rivale de la pensée" dira paul valéry. C'est avec ce goût du beau travail, cette fraternité des métiers que le compagnon avance vers cet autre objectif:

Le centre de formation des apprentis

Ils sont 140 à être formés à la maçonnerie, à la plâtrerie ou au métier de couvreur par de véritables compagnons...

Ils s'appellent Alexis, Marin , Clément, Elie....Leur passion c'est le travail manuel, voir les choses se construire sous leurs doigts, frapper le clous, tailler l'ardoise... C'est peu dire qu'ils sont motivés et animés par un esprit pratique...

Ils préparent un CAP en alternance 4 à 6 semaines en entreprise et 2 au centre de formation. La plupart d'entre eux se sont inscrits chez les compagnons après la troisième, parfois après le bac... Théorie et pratique se succèdent. Les jeunes apprentis progressent par étape.

Les bons maîtres font les bons élèves et ce qui est essentiel ici c'est méthode, la pédagogie par l'exemple.

La plupart resteront dans le métier qu'ils ont appris et tous auront un emploi après leur formation.

Une journée avec un compagnon

Depuis quelques mois, Guillaume mène de front son activité professionnelle, les cours et son devoir de fraternité...

Guillaume Deshayes dit "Périgord gaité du Tour de France" a commencé par une formation de couvreur. CAP en poche, il y  4 ans il choisit le compagnonnage. Etre compagnon c'est un choix de vie et ce n'est pas la voie la plus facile.

On vient chez les compagnons pour travailler:  Lever, 6h du matin, coucher 23h.Guillaume est soumis à un emploi du temps qui ne souffre pas les écarts. Mais ce qui lui plaît c'est le respect, l'esprit de fraternité. Le repas est un moment fort chez les compagnons.

Guillaume est riche de ses voyages et de son expérience du tour de France.
40% des apprentis s'engagent sur le tour de France, 10% seront Compagnons et à la sortie tous trouvent du travail immédiatement.
 
 
 
 

Sur le même sujet

Circuit Bugatti : dernier départ du Grand Prix Meule Bleue

Les + Lus