• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nozay : toujours le bras de fer au collège

© F3 PdL
© F3 PdL

Enseignants et parents iront jusqu'au bout pour obtenir le départ du Principal du collège Jean Mermoz de Nozay

Par Laurent Quembre

video title

video title

Nozay (44) : collège en grève contre le principal

A Nozay, en Loire-Atlantique, une grande majorité de l'équipe enseignante est en grève, soutenue par les syndicats et des parents d'élèves pour obtenir le départ du chef d'établissement, avec lequel les relations sont de plus en plus tendues.

Les professeurs du collège Jean Mermoz de Nozay, en Loire-Atlantique, étaient à nouveau en grève ce jeudi.
Ils sont soutenus maintenant par des parents d'élèves qui se sont rassemblés ce matin devant l'établissement.
Voir les vidéos, vignettes à gauche 


Les cours reprendront demain matin, mais un défilé est prévu samedi dans les rues de Nozay.

L'objectif de ces actions conjuguées est toujours le même : virer le Principal du Collège.
Une grande partie des enseignants, soutenue par les syndicats, s'est lancée dans une guerre contre le chef d'établissement. Les profs demandent officiellement son départ.

"On a tout essayé, il n'y a plus de communication, on est dénigré, stigmatisé ", déplore un professeur.
Les enseignants dénoncent depuis un an des relations très tendues avec leur supérieur hiérarchique. Ils l'accusent de prendre des décisions sans concertation.
Les profs s'alarment d'une dégradation des conditions de travail qui perturbe la pédagogie, et soulignent l'augmentation du nombre d'arrêts maladie au sein de l'équipe enseignante.


   

       Une "descente" de l'Inspection générale annoncée


Mardi dernier, 90 % des 37 enseignants du collège s'étaient mis en grève.      
Une délégation d'enseignants avait été reçue par le Rectorat, qui s'est engagé à écrire au ministère de tutelle.  

Interrogée cet après-midi par notre équipe de reportage, Catherine Benoit-Mervant, l'inspectrice d'académie de Loire-Atlantique, a annoncé la venue d'un haut fonctionnaire de Paris, de l'Inspection générale de l'éducation nationale, pour évaluer la situation.

"Il viendra observer le fonctionnement de cet établissement et pourra anlayser toutes les composantes d'une manière neutre, objective et en portant un regard extérieur", a précisé l'inspectrice.

A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus