• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Une étude sur le comportement des automobilistes

© France 3
© France 3

Une étude va comparer le comportement des automobilistes du Sud avec ceux de Loire-Atlantique

Par LQ, avec AFP

C'est pour mieux comprendre les origines des accidents qu'une étude inédite a été lancée auprès des automobilistes de deux départements du sud de la France : le Gard et l'Hérault.
Les résultats seront comparés avec ceux obtenus auprès d'automobilistes de Loire-Atlantique.

"Est-ce qu'on conduit plus mal parce qu'on roule dans le Sud ?". C'est pour répondre à cette question qu'une étude inédite vient d'être lancée.

Cette étude, une première en France, a été lancée en vue de mieux comprendre l'accidentologie dans les départements du Gard et l'Hérault, deux des plus mauvais élèves de France, explique la préfecture de région du Languedoc-Roussillon.
 "On veut savoir si le mauvais comportement des usagers de la route est inscrit dans les gènes ou si les conducteurs se lâchent parce qu'ils sont au soleil, dans le sud de la France", a expliqué à l'AFP Catherine Mallet, coordonnatrice de la sécurité routière à la préfecture de l'Hérault.

En 2011, le nombre des tués dans l'Hérault est passé pour la première fois sous la barre des 100 victimes (99). Dans le Gard, la baisse a été également significative avec 71 tués contre 75 en 2010, soit une baisse significative par rapport à 2001 (132).

Cette étude, dont les résultats sont attendus pour la rentrée de septembre, avait été demandée par le ministère de Transports dès 2010 parce que les résultats étaient déjà très mauvais, a précisé Mme Mallet, responsable de cette étude.

     Des entretiens avec des psychologues


Pour ce travail, trois groupes de quinze usagers de la route et un quatrième formé d'agents des forces de l'ordre vont être constitués, soit 60 personnes dans chaque département avec lesquelles s'entretiendront des psychologues pendant une demi-journée.
Les groupes seront notamment établis en fonction de la durée de présence des conducteurs dans les départements en question. "On doit différencier les automobilistes qui sont originaires du secteur, ceux qui sont là depuis quelques années et les nouveaux arrivants", a souligné Mme Mallet.

Pour établir les "groupes focus", un appel à candidature a été lancé sur les sites internet des préfectures, et des personnes ont rempli des dossiers à partir desquels des psychologues ont été chargés de choisir les conducteurs représentatifs.

Pour permettre une comparaison et affiner l'analyse, des groupes identiques seront constitués en Loire-Atlantique, un département qui a à peu près les mêmes caractéristiques en terme de population que le Gard et l'Hérault mais un taux d'accident bien moindre, a précisé Mme Mallet.

Sur le même sujet

Puy du fou : les chiffres derrière un succès

Les + Lus