“Xynthia, 2 ans après” dans votre JT régional

Ce mardi, dans nos éditions régionales à 12h et 19h, nous reviendrons sur cette catastrophe, deux ans après.

Par Fabienne Beranger avec AFP

video title

video title

Xynthia : il y a un an

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, Xynthia frappait, notamment, la Vendée et la Loire-Atlantique. Emission spéciale du 28 février sur France 3 Pays de la Loire.

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête frappait. Bilan : 29 morts à La Faute sur Mer. Tous ont péri, pris au piège par de soudaines inondations. 
Plusieurs zones d'habitation avaient été submergées après l'effondrement des digues du littoral.
 

Une cérémonie commémorative officielle doit être célébrée ce mardi sur le pont reliant La Faute à L'Aiguillon-sur-Mer, les deux communes les plus frappées par le drame, en présence de leurs maires.
 

L'Avif, qui avait déjà boycotté cette manifestation l'an passé par défiance envers le maire de La Faute, René Marratier, mis en examen depuis pour "homicide involontaire" et "mise en danger de la vie d'autrui", organisera sa propre cérémonie le 4 mars devant le port de la petite station balnéaire.
 
Une centaine de personnes se sont constituées parties civiles dans l'enquête pénale sur les responsabilités dans le drame, où la majorité des victimes avaient été noyées dans des bâtiments de construction récente situés en zones submersibles.
"Nous avons une totale confiance dans la procédure pénale. On a le sentiment que l'instruction avance bien, et les parties civiles seront reçues le 9 mars  aux Sables d'Olonne pour un point avec le juge d'instruction Le Goater", a indiqué M. Pinoit.

Outre René Marratier, deux de ses adjoints ainsi qu'un promoteur immobilier local et un fonctionnaire de l'ancienne Direction départementale de l'Equipement ont été mis en examen dans ce dossier, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon un avocat contacté par l'AFP, "un long débat d'expertises techniques s'annonce
sur la prévisibilité ou non de la catastrophe".

Parallèlement, toujours en Vendée, l'Etat est arrivé au bout de la procédure de rachat à l'amiable de maisons situées en zones noires dans les deux communes, avec 702 rachats effectués, selon la préfecture. Ces maisons doivent être détruites d'ici à la fin de l'année.
Une procédure d'expropriation a par ailleurs été engagée pour 127 logements dont les propriétaires ont refusé l'accord à l'amiable.

 

Les vents sont violents : 125 kmh à Pouzauges (85), 121 kmh à Noirmoutier, 138 kmh à Sainte Gemme la Plaine (85) ! Partout ailleurs des pointes à 110 kmh...

Ces vents couplés à la grande marée mais aussi à un effet de surcote auront raison de la digue de La Faute sur Mer.

Elle cède en pleine nuit. L'eau balaye tout sur son passage. Les habitants de La Faute sur Mer sont surpris dans leur sommeil. Ils sont piégés dans leur maison inondée. Pour 29 d'entre eux, il est trop tard.

L'Aiguillon sur Mer est également touché par les conséquences de l'affaissement de la digue.

Deux enfants, âgés de 2 et 5 ans, perdront également la vie lors de cette nuit du 27 au 28 février. En tout ce sont 18 familles vendéennes qui sont touchées par les 29 décès.

En Loire-Atlantique, ce sont deux retaités du Maine et Loire qui périssent dans leur camping-car dans le petit port du Collet aux Moutiers en Retz.

 ... 11 par celle de L'Aiguillon sur Mer.

309 habitations sont jugées inhabitables à La Faute, 209 à L'Aiguillon et 25 à La Tranche.
Au total, 1000 maisons sont sinistrées. Les "zones noires"sont créées.

Le camping municipal de La Faute, situé en dessous du niveau de la mer, est lui aussi submergé par les eaux. Il ferme définitivement ses portes à la mi-mars.

Aux Sables d'Olonne (85), Port Olonna est en grande partie dévasté...

 
A La Roche sur Yon (85), le lycée Mendès France est partiellement détruit.

A La Baule (44), le centre de congrès Atlantia fermera ses portes plusieurs semaines.


L'ostréiculture a également souffert : 150 des 350 exploitations conchylicoles vendéennnes sont touchées.

A La Barre de Monts (85), les 18 entreprises ostréicoles sont durement frappées.

 

Idem pour les ostréiculteurs de Talmont St Hilaire (85) et ceux des Moutiers en Retz dans le port du Collet.

12000 hectares de terres agricoles sont rendues impropres à la culture sur une zone touchant le marais vendéen (4500ha), le marais breton (2000ha) et une partie du nord du département.

A Guérande (44), 1000 hectares de marais salants sont inondés.

La digue de 27 kms entre Pen Bron et Le Croisic (44) révèle 32 brèches.

Le département de la Vendée sera placé en état de castastrophe naturelle dès le 1er mars 2010.
33 communes de Loire-Atlantique seront également placées en état de catastrophe naturelle le 11 mars.

 

Le 08 avril, les habitants de Vendée et de Charent-Maritime découvrent la cartographie des "zones noires". Dans ces périmètres, les habitations doivent être détruites. Au total, 915 maisons à L'Aiguillon sur Mer et La Faute sur Mer sont concernées, 595 en Charente-Maritime.

Des "zones jaunes" et "zones orange" sont également étudiées.

 

 

 

 

 

 
Face à la colère des habitants, le premier ministre reste ferme sur ces "zones noires". François Fillon annonce cependant le 13 avril que les maisons et terrains seront rachetés au prix du marché avant la tempête.


Les habitants des communes concernées manifestent. Ils déposent aussi des recours en justice contre le zonage, sans succès...

.

  Le 09 août, les premiers rachats à l'amiable démarrent en Vendée.

Le 18 octobre, la préfecture de Vendée annonce que 632 maisons figurent finalement dans ce qui est désormais appelé les "zones de solidarité". 823 sont concernées par le rachat à l'amiable par l'Etat.
Début décembre, 802 maisons ont déjà fait l'objet d'une proposition de rachat. 680 propriétaires l'ont accepté, 9 ont refusé, 113 ne se sont pas prononcés

"Xynthia, 2 ans après" dans votre JT régional

A lire aussi

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus