• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Xynthia, les sinistrés interpellent les candidats

L'association "l'Avenir ensemble" de l'Aiguillon-sur-Mer interpelle les candidats à la Présidence de la République.

Par Christophe Turgis

Les habitants de l'Aiguillon-sur-Mer, deux ans après les ravages de la tempête Xynthia, ne voient toujours pas commencer les travaux de confortement des digues qu'on leur avait promis. Ils ont écrit à chaque candidat à l'élection présidentielle pour lui faire part de leurs inquiétudes.

Quelques réponses sont revenues. Les candidats Arthaud, Hollande, Sarkozy, Dupont-Aignan, et même de Villepin depuis retiré de la compétition, ont fait des réponses plus ou moins impliquées ou circonstanciées. L'association l'Avenir ensemble les publie sur son blog.

Nathalie Arthaud la candidate de Lutte Ouvrière, fustige l'attitude négligente de l'Etat, soulignant qu'il est plus facile de dégager des moyens considérables pour venir en aide aux banquiers que des moyens modestes pour aider les simples citoyens. Et d'ajouter, que "sa petite organisation ne dispose pas d'une influence particulière sur les pouvoirs publics" mais assure les habitants de l'Aiguillon de son soutien.

Nicolas Dupont-Aignan, débordé par sa campagne, regrette de n'avoir pas répondu plus vite. Et indique que, en tant que maire, il connait bien les difficultés pour les collectivités locales à se débattre avec la lourdeur des réglementations et la lenteur des services de l'Etat. Avec cette invitation, étonnante, à le recontacter au terme de la campagne présidentielle après le 6 mai pour "apporter à ce dossier toute l'attention qu'il mérite" ! "En espérant que vous puissiez d'ici là trouver une issue heureuse à votre problème" !

François Hollande fait lui aussi une réponse personnelle. Circonstanciée et détaillée. Il évoque la commission d'enquête parlementaire mise en place par le Sénat, sa lenteur et son côté fastidieux. Mais assure que "si les français m'accordent leur confiance en mai, je ferai en sorte que les préfets respectent les calendriers mis en place dans les communes du littoral vendéen afin d'assurer au plus vite la protection des biens et des personnes dans cette région qui nous est chère".

Nicolas Sarkozy, le président candidat, fait répondre sa chef de cabinet d'une manière pour le moins administrative, "sensible à votre démarche, Nicolas Sarkozy m'a chargée d'intervenir auprès du préfet de la Vendée, en le priant de faire étudier votre situation avec bienveillance et de vous tenir directement informés des suites qui pourraient être réservées à cette démarche".

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus