• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

La Baule : mise en place progressive de la concession de la plage à Veolia

© Dominique Le Mée - France 3 Pays de la Loire
© Dominique Le Mée - France 3 Pays de la Loire

La concession de la célèbre plage de La Baule, en Loire-Atlantique, au groupe privé Veolia, une situation unique en France, se met en place progressivement avant la saison estivale, un an après la fronde d'une partie des exploitants contre l'arrivée de ce nouveau gestionnaire

Par CD avec AFP

Vingt-six exploitants de restaurants, clubs de plage et de voile ont signé un contrat avec Veolia, et quatre lots doivent encore être attribués, selon la préfecture de Loire-Atlantique.
Une majorité des permis de construire pour mettre aux normes les établissements,en application du "décret Plage" de 2006 qui impose un seuil d'occupation maximale et la démontabilité des installations, ont par ailleurs été déposés, précise l'AFP

La mise en oeuvre de ce "décret plage" avait été décidée après une tempête hivernale qui avait endommagé les établissements côtiers de La Baule fin 2013, donnant lieu à la publication d'un arrêté de catastrophe naturelle.
Sollicitée par l'Etat, la mairie de La Baule avait refusé de reprendre la gestion de la plage de 5,4 km à son compte en raison de la "lourdeur administrative" imposée pour douze ans.
par ce décret. Seul candidat, le groupe Veolia avait remporté le contrat de concession .

L'attribution de la concession de la plage, l'une des plus grandes d'Europe, à un groupe privé, avait provoqué une fronde de plusieurs mois des exploitants d'établissements. Ils dénonçaient notamment l'augmentation de la surface des lots dans l'appel d'offres initial et un doublement de la redevance annuelle.
L'Etat avait demandé en juillet 2017 au géant de l'eau et des déchets de revoir sa copie et ce dernier avait accepté de ramener la redevance annuelle à 5,5% en moyenne du chiffre d'affaires total de la plage, en l'alignant avec celle de savoisine, Pornichet.

En raison des retards pris dans l'obtention des permis de construire, une large majorité des exploitants a bénéficié d'un report pour se mettre aux normes après la saison estivale.
"On va exploiter nos établissements jusqu'à fin septembre début octobre et on s'est tous engagés à reconstruire avec de nouvelles structures pour la saison prochaine", a expliqué Philippe Vallée, président de l'association des exploitants, pour qui
"la situation s'est apaisée".

"Cette souplesse permet d'éviter une saison blanche, sans exploitants. Le climat est aujourd'hui bon, serein", a également assuré Jean-Charles Guy, directeur de Veolia pour la région Centre Ouest.

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus