La Bernerie-en-Retz : le grand rush chez les ostréiculteurs avant Noël

Publié le Mis à jour le

A quelques jours des fêtes de fin d'année, c'est la course contre la montre pour les ostréiculteurs. Ils vendent un tiers de leur production au mois de décembre. Leur activité en ce moment : collecter, trier, expédier.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
C'est la dernière ligne droite sur la zone ostréicole de la Sennetière à la Bernerie-en-Retz. 
A marée basse, tous les tracteurs sont sur la zone ostréicole. Les parcs se vident à vue d'oeil.

Thierry Averty, ostréiculteur, a prévu de récolter pas moins d'une tonne d'huîtres sur ces tables ce matin -là, destinée à la vente sur les marchés avant Noël. Des huîtres qui "ont 3 ans donc elles ne sont pas très grosses", explique l'ostréiculteur, "on arrive qu'au numéro 3. Il manque un peu de taille. par contre au niveau qualité de chair et gustatif" tout y est, "il faut vraiment qu'une huitre est 3 ans, 3 ans et demi, avant d'être vendue."

Une huître charnue mais de taille plus petite cette année à cause d'une météo pas assez pluvieuse au printemps dernier. Résultat : des petits calibres, beaucoup de numéro 4 et de numéro 3.
"Le 3 c'est la moyenne. C'est le plus vendu, le plus demandé. C'est une huître qui plait autant aux gens qui aiment une petite huître qu'une huître qui est assez remplie.", poursuit Thierry Averty, "dans les poches, il y a de toutes les tailles, il n'y a pas que du 3. Donc ça nous intéresse de vendre le reste aussi"    
 
L'ostréiculteur va écouler 7 tonnes d'huîtres pendant les fêtes, soit 20% de son chiffre d'affaires.
Chez son voisin René-Jean Legrand, même effervescence. L'entreprise familiale produit 35 tonnes d'huîtres à l'année. Un 1/4 doit être expédié très rapidement vers "Paris, la Haute-Savoie, l'Ain, la Sarthe... C'est emballé tout frais" 

Des huîtres que ces professionnels vendront eux- même au détail sur les marchés de la région jusqu'au dernier moment soit quelques heures avant le réveillon dimanche prochain.

► Le reportage de notre rédaction