Près de Châteaubriant, en Loire-Atlantique : par le biais du woofing, Gérard le jardinier fait partager sa passion et offre gite et couvert

Publié le
Écrit par Juliette Poirier avec Fabienne Béranger

Une solution pour avoir le gîte et le couvert offerts : le woofing ! Cette pratique née au Royaume-Uni dans les années 70, consiste à participer bénévolement aux travaux d'une exploitation agricole, en échange de l'hébergement et des repas. De jolis moment de partage. Illustration . à Saint-Aubin-des-Châteaux, een Loire-Atlantique.

Le woofing, pour World-Wide Opportunities on Organic Farms est un réseau mondial de fermes biologiques qui "œuvre à mettre en contact des visiteurs avec des agriculteurs bio, à encourager les échanges culturels, et à construire une communauté mondiale sensible aux pratiques agricoles écologiques."

La pratique a le vent en poupe dans la région surtout depuis les confinements et le covid. Exemple à La Gautronnais à Saint-Aubin-des-Châteaux, en Loire Atlantique, où Gérard un retraité dynamique aime à transmettre sa passion du jardinage.

"Aujourd'hui on fait des haricots grimpants, explique Gérard à Antoine, on a mis la structure en place, le sillon a déjà été tracé, la profondeur est exagérée par rapport à la profondeur qu'il nous faut pour les graines, je te rappelle juste que les graines ça se recouvre de  2 à 3 fois leur grosseur, pas plus qu'elle que soit la graine".

Plus aucune graine n'a de secret pour Gérard, ce retraité a fait toute sa carrière en tant que formateur conseiller en jardinerie. C'est ce qui a plu à Antoine, 32 ans, éducateur auprès de personnes handicapées à Paris. 

Antoine se reconvertit dans la naturopathie et les plantes. Grâce au concept du woofing, il apprend des pratiques agricoles naturelles. il est logé et nourri et rend service à Gérard dans l'entretien de ses 5 000 m² de jardin potager.

"J'étais un peu dans un cul-de-sac professionnel, raconte Antoine, j'en avais marre de l'activité que je faisais. là il n'y a pas vraiment de logique de projet. L'idée c'est vraiment d'être dans la nature, de me faire plaisir, d'apprendre des choses, de rencontrer du monde". 

Il y a un petit engagement et ça permet un peu de faire du sur-mesure

Antoine

Woofer

Une transmission de savoir sans contrainte, ni contrepartie financière. 

"C'est de la pratique au quotidien, explique Gérard, montrer ce que je fais, pourquoi je le fais, comment je le fais. Leur expliquer, "allez, vas-y fais-le, je t'ai montré à toi de jouer" et puis modifier, corriger les petites choses et parfois modifier aussi ce que j'ai l'habitude de faire".

Dans les Pays de la Loire, une centaine d'hôtes proposent leurs services via le site de l'association Wwoof France. Le temps d'apprentissage est contractualisé et varie selon les besoins de chacun.