• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

EDF Cordemais : fermeture de la dernière tranche de production au fioul

La centrale de Cordemais, décembre 2017 Christophe François - France 3 Pays de la Loire / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
La centrale de Cordemais, décembre 2017 Christophe François - France 3 Pays de la Loire / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire

C'est officiel, EDF a cessé de produire de l'électricité en se servant de fioul. La dernière unité de production française se trouvait à Cordemais en Loire-Atlantique.

Par Olivier Quentin

La centrale de production d'électricité située à Cordemais sur la rive nord de la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire propriété d'EDF existe depuis les années 70. C'est la plus importante centrale thermique du groupe avec il y a peu encore deux unités fonctionnant au fioul et deux au charbon.

Plus de 650 emplois


Le site qui s'étend sur 150 hectares emploie plus de 650 salariés EDF ou prestataires.

La centrale disposait de deux unités de production au fioul. La première a été fermée l'an dernier et la seconde le 31 mars 2018 comme annoncé lors d'un CCE en 2016.

Ces deux unités étaient destinées à venir en complément lors de pics de consommation en hiver.

Deux unités de production au charbon 


Il reste encore sur le site deux unités de production au charbon mais qui sont censées être stoppées d'ici à 2022. Une volonté politique inscrite dans le plan climat.

EDF dispose d'une autre centrale au charbon au Havre, elle aussi destinée à évoluer parce que trop polluante.

Car l'activité ne cessera pas sur les sites. EDF réfléchit à une reconversion des centrales à charbon en y utilisant d'autres types de combustible.

C'est le projet Ecocombust qui devrait aboutir avant l'été à la suite des essais en cours actuellement.

On parle notamment d'un mix Charbon/Biomasse issus des déchets non valorisés. Le projet est soutenu par la CGT car dit le syndicat, il est créateur d’emplois et  d’économie circulaire sur les territoires.

Le syndicat craint en effet la perte de nombreux emplois.

Un débat public est prévu ce vendredi 6 avril à 13h30 à Cordemais sur l'avenir de la Centrale.


Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus