• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Loire-Atlantique : qui étaient les “50 otages”, fusillés il y a 76 ans ?

Le musée de la résistance de Châteaubriant expose l'histoire des "50 Otages" / © Jean-Pierre Brénuchon
Le musée de la résistance de Châteaubriant expose l'histoire des "50 Otages" / © Jean-Pierre Brénuchon

Plusieurs cérémonies rendent hommage aux 48 fusillés de Nantes, Paris et Châteaubriant, le 22 octobre 1941.

Par Simon Auffret

L'épisode a donné son nom à l'une des plus grandes artères du centre-ville de Nantes, le cour des 50 Otages. Le 22 octobres 1941, en représailles de l'assassinat du lieutenant-colonel Hotz, responsable des troupes d'occupation en Loire-Inférieure, les autorités allemandes décident de tuer 48 personnes.

"Une liste a été faite, écrite conjointement par les Allemands et le gouvernement collaborationniste à Paris. On a eu des gens de Nantes, 5 gens de la région abbattus au Mont-Valérien [à l'ouest de Paris, ndlr]. Ici à Nantes, 16 résistants ont été abbattus, et puis à la carrière à Chateaubriant, 27 internés communistes ont été abbattus le 22 octobre 1941", raconte Étienne Gasche.

Parmi eux, Frérédic Creusé. Son frère Michel, 7 ans à l'époque, se souvient : "Mon frère avait 20 ans en 1940, et comme il avait un diplôme d'électricien, il a eu la responsabilité d'un poste émetteur. Dès le début de la guerre, il a envoyé des messages en Angleterre. C'est pour cela donc qu'il a été dénoncé par un Français, dénoncé à la gestapo."  À Nantes, les résistants ont été tués sur l'ancien stand de tir du Bèle, près de l'emplacement actuel de la Beaujoire.

À Chateaubriant, le musée de la résistance revient sur cet épisode du début de la guerre, qui a participé à faire prendre conscience aux Français de la réalité et des conséquences de l'occupation allemande. Plusieurs cérémonies ont lieu dimanche 22 octobre à la mémoire des fusillés.


Reportage de Thierry Bercault et Jean-Pierre Brénuchon. Avec comme interlocuteurs, Étienne Gasche et Michel Creusé
Loire-Atlantique : qui étaient les "50 otages", fusillés il y a 76 ans ?
Plusieurs cérémonies rendent hommage aux 48 fusillés de Nantes, Paris et Châteaubriant, le 22 octobre 1941. - Thierry Bercault


Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus