Nantes Atlantique : la bonne année 2015 avec 4,3 millions de passagers

Publié le Mis à jour le

L'aéroport de Nantes représente 99 % du trafic aérien de passagers de la région. Depuis 1990, il affiche la deuxième meilleure progression des aéroports français (+ 316 %). En 2015, la plate-forme, avec 4,3 millions de passagers (+ 6 % sur 2014) se place à la 10ème place.

La région des Pays de la Loire compte dix-sept aéroports. Ils forment un ensemble contrasté, comprenant des terrains en herbe recevant exclusivement de l’aviation légère, des structures accueillant quelques milliers de passagers commerciaux par an et un aéroport international, Nantes Atlantique, qui a dépassé pour la seconde année de suite le cap des quatre millions de voyageurs.

Nantes Atlantique est particulièrement bien placé sur le segment des vols irréguliers, où il s’affiche au deuxième rang national hors aéroports franciliens, avec 450 000 passagers accueillis en 2015. Néanmoins, ce créneau est en forte perte de vitesse depuis plusieurs années en raison de la création de liaisons régulières vers des destinations touristiques.


Nantes Atlantique loin devant les autres aéroports régionaux

En 2015, la croissance de l’aéroport de Nantes a été portée par l’activité régulière internationale (+ 17 %) et nationale (+ 3 %). Les vols vers les deux aéroports parisiens (Roissy et Orly) ont drainé près de 500 000 voyageurs, devançant Lyon et Marseille au palmarès des liaisons les plus fréquentées au départ de Nantes. Genève est la première destination étrangère (175 000 passagers en 2015).

Les plates-formes secondaires des Pays de la Loire sont surtout ouvertes au trafic d’affaire non-régulier (vols à la carte pour les entreprises et les particuliers). Les trois principales d’entre-elles sont, par ordre décroissant de fréquentation, Saint-Nazaire Montoir, Angers Loire Aéroport et Le Mans Arnage. Leur trafic cumulé n’a pas dépassé 30 000 passagers en 2015.


Nantes Atlantique et le "désert" régional

L’activité "passagers" du site de Saint-Nazaire Montoir (13 700 voyageurs) est tournée vers les déplacements professionnels des salariés de l’usine Airbus, située à proximité de la piste, tandis que l'aéroport du Mans (6 100 passagers) est principalement utilisé à l’occasion d’évènements sportifs. Celui d'Angers, le plus récent des Pays la Loire, a connu l’an passé une augmentation importante de son activité à 8 400 passagers locaux (+ 19 % par rapport à 2014). Sa ligne régulière la plus fréquentée, à destination de Londres, a été utilisée par 3 300 voyageurs en 2015.

Les autres plates-formes de la région ouvertes à la circulation aérienne publique (Ancenis, Châteaubriant Pouancé, Cholet Le Pontreau, Fontenay-le-Comte, Île-d'Yeu Grand-Phare, La Baule Côte d'Amour, La Roche-sur-Yon Les Ajoncs, Laval Entrammes, Les Sables-d’Olonne Talmont, Montaigu Saint-Georges et Saumur Saint-Florent) traitent tout au plus quelques centaines de passagers commerciaux chacune par an. Elles se sont spécialisées sur le créneau de l’aviation sportive et de loisir, étant en général dotées de pistes engazonnées spécifiquement destinées aux mouvements non commerciaux.


Le fret décolle également à Nantes

Le fret aérien est dans les Pays de la Loire une activité en forte progression mais demeure marginal en volume, comparé aux autres modes de transport. Il s’est réparti en 2015 sur les plates-formes de Saint-Nazaire Montoir et Nantes-Atlantique, respectivement 7ème et 10ème aéroports métropolitains de marchandises. La hausse tendancielle des trafics, observée depuis 1990, est imputable au site nazairien dont l'activité est dédiée à l'acheminement de tronçons d'avions pour le compte d'Airbus. L'activité de Nantes Atlantique est plus généraliste, illustrant les caractéristiques intrinsèques du transport aérien (acheminement express de produits à forte valeur marchande) et répondant par là même aux attentes des chargeurs de fret avionné.

Le trafic de mouvements commerciaux a atteint en 2015 son plus haut niveau historique à près de 53 000 atterrissages ou décollages (+ 3 % par rapport en 2014). L’emport moyen a augmenté pour la quatrième année d’affilée. Il s’est établi à 82 passagers par vol.

source DREAL
en savoir plus : http://www.pays-de-la-loire.developpement-durable.gouv.fr/rapports-thematiques-annuels-sur-a564.html