Cet article date de plus de 4 ans

Nantes : la police empêche nationalistes et antifascistes d'en découdre

Deux manifestations, l'une d'extrème droite et l'autre d'extrême gauche, ont investi les rues des alentours de la place Viarme à Nantes, vendredi 3 février. Grâce au déploiement des forces de l'ordre, les deux groupes de militants ne se sont pas croisés.
Cela aurait pu mal tourner. Vendredi 3 février, une réunion organisée par le site de "réinformation" Breizh Info, apparenté à l'extrême droite, se tenait dans la salle Bretagne de Nantes. Cette conférence, intitulée "immigration, la catastrophe" prévoyait de faire intervenir Jean-Yves Le Gallou, politicien connu pour son engagement nationaliste et ses thèses suprémacistes.

L'événèment, autorisé par la Mairie, a fait bondir certains militants à l'autre bout du spectre politique. Une manifestation a alors été organisée à l'initiative de la Confédération Nationale du Travail (CNT) sur la place Viarme, à partir de 19 heures, afin de protester contre la tenue de cette réunion.

Envion 400 personnes composaient ce cortège de militants antifascistes. Le quartier Saint-Pasquier a rapidement été ceinturé par les forces de l'ordre, afin d'éviter que la foule ne rejoigne la salle Bretagne. Là, comme le rapporte nos confrères de Presse océan, environ quarantes personnes étaient postées pour protéger la zone des assauts, armés de manches de pioches. 

Les manifestant n'ont finalement pas pu rejoindre la salle, grâce aux barrages mis en place par la police. À la fin de la réunion, les forces de l'ordre ont dû ensuite empêcher que les deux bords ne se croisent dans le quartier. Aucun blessé n'est à déplorer et le calme est revenu vers 22h30.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique faits divers