Cet article date de plus de 4 ans

Assassinat de Marion : "J'ai voulu la tuer dés que je l'ai vue"

Ce vendredi 10 novembre était le troisième jour du procès de Yannick Luende Bothelo, l'homme accusé d'avoir violé et tué la jeune Marion en 2012 près de Nantes. 
10 novembre, troisième jour du procès. Cette fois-ci, Yannick Luende Bothelo est venu. La veille, il avait refusé d'être extrait de sa cellule pour se rendre à l'audience. A la barre, il est néanmoins resté muré dans son silence. 

Il est jugé pour le viol et l'assassinat de Marion Rousset, 14 ans. Le 18 mars 2012, aux alentours de 21h, il croise la route de l'adolescente. Son corps sera retrouvé le lendemain, lardé de 69 coups de couteau. "J'ai voulu la tuer dés que je l'ai vue", dira-t-il aux policiers. Il égorgera également un homme de 67 ans et tentera d'étrangler un octogénaire.

Nantes : ouverture du procès après le meurtre sauvage de Marion Rousset en 2012

"Je pense qu'il n'y a pas d'autre mobile que le plaisir de disposer de la vie de quelqu'un", analyse Maitre Yvon Chotard, l'avocat du père de la victime. Il parle de meurtre "presque gratuit" et "très sadique". 

"Il s'est vanté de ce qu'il avait fait" 


Yannick Luende Bothelo ne s'exprimera pas devant la Cour d'Assises, il faudra se contenter des déclarations qu'il a faite pendant sa garde à vue. Déclarations qui seront en parties démenties par les enquêteurs : contrairement à ce qu'il affirme, la relation sexuelle n'était pas consentie, comme le prouve l'autopsie.

En revanche, il n'a jamais nié les crimes. "Il s'est vanté en détention de ce qu'il avait fait à la jeune fille", raconte maitre Louis-George Barret, avocat de la mère de Marion Rousset. 

La personnalité de l'accusé divise les psychiatres. Lundi, à la reprise du procès, ils tenteront de cerner celui qui dit avoir répondu à un "appel divin".

La famille raconte 


Les parents ont ensuite témoigné à la barre. Ils ont raconté leur douleur, mais aussi retracé la vie chaotique de l'adolescente. Instable et fugueuse, elle avait décidé ce soir-là de quitter son foyer d'accueil pour dormir chez sa mère. "J'arrive", envoie-t-elle à 20h57. C'est le dernier SMS qu'a reçu sa mère. 

► Le point sur la troisième journée avec avec Christine Vilvoisin
durée de la vidéo: 01 min 16
Troisième jour du procès de Y. Luende Bothelo ©France 3 Pays de la Loire


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société