Basse-Goulaine, près de Nantes : et si on lâchait nos écrans pour aller voir une expo...sur les séries !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Gadet

"Culture en séries, séries cultes" propose une déambulation dans l'histoire et l'univers des séries qui rythment notre quotidien. Images de tournages, produits dérivés, quelques 300 documents et une cinquantaine d'objets accompagnent cette évocation.

Que celui ou celle qui n'a jamais "binge watché" une série, délaissé ménage, cuisine, enfants, soirée entre vieux potes pour s'affaler devant son écran ou son ordi ignore cet article !

Difficile de ne pas sombrer dans l'addiction. En 2019, 66 % des Français interrogés regardaient des séries au moins une fois par semaine.

30 % déclaraient en regarder tous les jours. Un pourcentage qui montait à 40 % chez les 18-34 ans.

Et ça c'était avant les confinements, qui n'ont fait que renforcer ces habitudes.

La série, un phénomène de société

Souvenez-vous, quand les séries s'appelaient encore des feuilletons, il fallait se soumettre au rituel. Prendre rendez-vous, le vendredi soir ou le samedi après-midi. En famille. Désormais, c'est le plus souvent tout seul et tout le temps !

"Sur les plateformes, les sites internet des chaines, les séries sont proposées en intégralité...comme si vous aviez tous les tomes d'une œuvre littéraire à votre disposition", ce n'est pas le seul parallèle que Denis Rougé établit entre les séries  et la littérature.

"La série c'est comme un conte pour enfant. C'est globalement toujours la même histoire. Les séries qui fonctionnent le mieux sont souvent prévisibles, elles nous rassurent. C'est un peu comme la publicité. On achète rarement une voiture après avoir vu un spot à la télé...mais on est rassuré de voir que notre voiture passe à la télé, ça nous conforte dans notre acte d'achat, comme s'il était validé".

Denis Rougé est intarissable. Coordinateur de l'agence artistique "Et Compagnie..." passionné par la chose audiovisuelle, c'est lui qui a conçu l'exposition qui se tient actuellement à la médiathèque de Basse-Goulaine.

Quelques 80 exemples du genre sont évoqués. Car en la matière, il est impossible d'être exhaustif...l'idée de cette exposition c'est avant tout de montrer l'importance et la place prise par la série dans notre société.

" Elles ont plusieurs intérêts, d'abord parce qu'elles sont des éponges de l'époque, et parce que souvent elles devancent les évolutions des sociétés. Si l'on prend la première série américaine, I love Lucy, créée en 1951, l'histoire est celle de la volonté d'émancipation d'une femme au foyer qui veut travailler...dans les années 50 et ce n'est pas la seule série de ce type !"

De la place de la femme dans la société des Trente glorieuses, à celle des handicapés aujourd'hui, la série est parfois un bon moyen de bousculer les mentalités, de décrypter voire faire accepter les différences. Le succès des séries comme HPI, the Good Doctor, ou encore On The Spectrum, sur une colocation de jeunes autistes en Israël en sont de bons exemples.

Pour en savoir plus sur la façon dont sont tournées certaines séries (utilisation du fond vert), découvrir des photos de plateaux inédites (sur la série En Thérapie par exemple), ou des produits dérivés déroutants (comme cette boite de lego Friends) un petit détour par la médiathèque de Basse Goulaine s'impose.

Exposition "Culture Séries, Séries cultes"

Gratuit, à voir jusqu'au samedi 29 janvier. médiathèque René Guy Cadou à Basse-Goulaine

mardi, jeudi et vendredi : 15h30-18h30

mercredi : 10h-12h30 / 14h-18h30

samedi : 10h-12h30 / 14h-17h30