Cet article date de plus de 4 ans

Contrats aidés. La maire de Nantes interpelle la ministre du Travail

Johanna Rolland a rendu public ce jeudi un courrier adressé à la ministre du Travail Muriel Pénicaud. La maire de Nantes y exprime sa "vive inquiétude" après les dernières annonces sur la baisse du nombre de contrats aidés en 2017 et 2018.
Johanna Rolland, la maire de Nantes, en septembre 2016.
Johanna Rolland, la maire de Nantes, en septembre 2016. © MaxPPP
Dans un courrier adressé à Muriel Pénicaud, ministre du Travail, la maire de Nantes fait part de sa "vive inquiétude suite aux récentes annonces à propos de la diminution du nombre de contrats aidés prévue en 2017 et 2018".

Les emplois aidés sont une chance à la fois pour l'emploi et pour la vie associative

indique ainsi Johanna Rolland dans son courrier, daté de ce jeudi 31 août.

La maire rappelle l'importance de ces contrats aidés pour "tous les acteurs du territoire, au bénéfice des habitantes et des habitants."


"C'est remettre en cause de nombreux projets"

"Je reste donc convaincue qu'avec un accompagnement et une formation de qualité, les emplois aidés peuvent être une chance pour les femmes et les hommes qui en bénéficient, en les aidant dans leurs parcours professionnels", poursuit celle qui est également présidente de Nantes Métropole.

Elle rappelle les conséquences immédiates de cette décision pour les "plus de 6 000" associations nantaises : "supprimer des emplois aidés, au milieu de l'été, sans aucune concertation, c'est remettre en cause brutalement de nombreux projects associatifs."

Que change la baisse du nombre des contrats aidés dans l'enseignement ? ©France 3 Pays de la Loire

Dans un second courrier adressé au ministre de l'Éducation nationale, elle insiste aussi sur "l'impact particulièrement négatif dans le secteur de l'éducation" de cette mesure.

Elle termine son message à Muriel Pénicaud en lui demandant "de surseoir à toute décision [...] dans l'intéret des bénéficiaires et de celui des structures qui les emploient."

D'autres maires en France, comme celle de Rennes Nathalie Appéré, ont également fait part à la ministre du Travail de leur inquiétude sur le dossier des contrats aidés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie politique