• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Contrats aidés : le réseau Diwan appelle à une mobilisation à Nantes samedi

Dans une classe d'une école Diwan de Quimper (Finistère) en 2013. (Illustration) / © MaxPPP
Dans une classe d'une école Diwan de Quimper (Finistère) en 2013. (Illustration) / © MaxPPP

Le réseau d'enseignement en langue bretonne Diwan craint que la réduction des emplois aidés mette en danger la rentrée scolaire. Il appelle à une mobilisation samedi à Nantes et Quimper. 

Par M. F. avec AFP

Les écoles Diwan, qui assurent un enseignement en immersion en langue bretonne dans plus d'une cinquantaine d'établissements de l'ouest, craignent que la réduction des emplois aidés mette la rentrée dans leur réseau "en danger" et appellent à un rassemblement samedi à Quimper et à Nantes.

"Emploi aidés : la rentrée en danger, une solution maintenant", écrit le réseau dans un communiqué. 

Selon un recensement datant de mardi, les établissements Diwan devaient employer pour la rentrée 207 personnes hors enseignement, dont 141 en emplois aidés. Mais seuls "51 ont été renouvelés avant le gel brutal et violent décidé par le gouvernement", déplore le communiqué.

"45 postes à créer ont été refusés et 39 sont en danger, soit 84 emplois menacés à la rentrée", a précisé Anna-Vari Chapalain, la directrice de Diwan, lors d'une conversation téléphonique avec l'AFP.

"Les refus de contrats aidés empêchent les écoles de pourvoir aux recrutements nécessaires à leur fonctionnement", poursuit le communiqué. "Comment faire tourner une école juste avec des enseignants ?", s'est pour sa part interrogée Stéphanie Stoll,  présidente de l'association. 

"Une solution d'urgence" réclamée

Le réseau est composé de 46 écoles, 6 collèges et un lycée implantés dans les cinq départements de la Bretagne historique. Il a accueilli l'an dernier quelque 4 270 élèves et assure une scolarité gratuite et laïque, où l'enseignement du français est introduit en primaire.

Il fête cette année son quarantième anniversaire. "Ce devait être une belle année, mais elle commence fort avec cette histoire", a ironisé Mme Chapalain. 

Le réseau appelle à un rassemblement samedi à Quimper et à Nantes, pour réclamer notamment "une solution d'urgence : le rétablissement des dispositions concernant les emplois aidés pour qu'on fasse la rentrée", a expliqué Mme Stoll.

"Et nous devons nous donner une année pour faire évoluer la loi", a-t-elle observé, notamment sur le financement de l'école et sur le versement du forfait scolaire, obligatoire à destination des écoles bilingues publiques mais dont le réseau Diwan est exclu, étant de statut associatif privé.

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus