DECRYPTAGE. Jeux paralympiques de Tokyo, le retour des champions ligériens

Les 15 athlètes paralympiques des Pays de la Loire sont rentrés au pays. Des médailles, une en or, une en argent, deux en bronze. De belles réussites et quelques désillusions à Tokyo pour ces Jeux 2020.
Nicolas Peifer et Stephane Houdet avec leur médaille d'or en double messieurs aux Paralympiques de Tokyo 2020, le 3 septembre 2021
Nicolas Peifer et Stephane Houdet avec leur médaille d'or en double messieurs aux Paralympiques de Tokyo 2020, le 3 septembre 2021 © Philip Fong / AFP

Les athlètes paralympiques français forment une grande famille, le "patriarche" c'est Stéphane Houdet, de Saint-Nazaire à Tokyo, il est le premier sportif des Pays de la Loire à porter le drapeau tricolore à l'ouverture des JO.

À 51 ans pour sa quatrième olympiade Stéphane Houdet est toujours là. Il conserve son titre en double et ramène une cinquième médaille paralympique. L'or n'est même plus une surprise pour lui, "Quand on a téléphoné à nos femmes et Nicolas (Peifer) à son père pour annoncer la nouvelle, en fait tout le monde était devant la télé grâce à vous, tout le monde le savait".

Pas de surprise non plus pour un autre doyen de la compétition, Ronan Pallier, surnommé "papy jumper", il ramène à Nantes une médaille de bronze en saut en longueur. Aveugle, il a sauté à deux centimètres de la médaille d'argent. "Pour moi, c'est une médaille, c'est un podium, c'est plutôt agréable, je suis fier de la ramener pour ma famille".

La troisième place également pour François Pervis qui découvre les paralympiques comme pilote du tandem avec Raphaël Beaugillet coureur mal voyant, il termine sa carrière comme il l'avait commencée, avec une médaille autour du cou. 

Claire Supiot s'était illustrée chez les valides des Jeux de Séoul à ceux de Tokyo, 33 années d'écart, et la maladie de Charcot-Marie-Tooth qui l'a brutalement touchée. Sa carrière force le respect et tant pis pour le podium, l'aventure était belle.

Gwladys Lemoussu, aussi, revient déçue chez elle en Vendée, triple championne de France en paratriatlhon, elle termine à la 6e place. "Je remercie tous ceux qui m'ont soutenue, qui ont cru en moi, et je suis vraiment désolée pour eux" elle ajoute des sanglots dans la voix, "j'espère qu'ils seront quand même fiers de moi".

Décryptage : Paralympiques de Tokyo, le retour des champions ligériens

À 25 ans Matéo Boéhas, échoue en finale du tennis de table mais remporte sa première médaille en argent.

"C'est une super compétition dans l'ensemble, après, forcément, quand on perd la finale on est un peu déçu mais Patryk (Chojnowski) est tellement au-dessus du lot depuis tant d'années, je ne fais pas le match en finale, mais je vais très bien me contenter de cette deuxième place". Son partenaire en double, Gilles de la Bourdonnaye, six Jeux Paralympiques au compteur, rentre bredouille.

Tous n'ont qu'une idée en tête, être présents aux Jeux 2024, à Paris.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport handisport