Disparition de Romain Barré à Nantes : trois jeunes gens écroués

Publié le Mis à jour le
Écrit par FB avec AFP

Les deux jeunes de 16 et 19 ans, soupçonnés d'avoir étranglé Romain Barré, cet agent immobilier de 38 ans disparu à Nantes dans la nuit du 27 au 28 septembre, ont été mis en examen dimanche soir et écroués tout comme la petite amie de l'un d'eux.

Les deux jeunes hommes ont été mis en examen pour "meurtre ayant pour objet la préparation d'un délit ou assurant l'impunité de son auteur", un chef d'accusation passible de la réclusion à perpétuité, et placés en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet a annoncé le procureur de Nantes Pierre Sennes.



Ils avaient été interpellés vendredi par la police judiciaire de Nantes, en charge de l'enquête sur cette disparition, et placés en garde à vue avec trois autres personnes, une jeune fille de 18 ans qui a été mise en examen et écrouée pour "complicité de meurtre", et deux mineurs de 16 et 17 ans, placés sous contrôle judiciaire pour "non-dénonciation de crime" et de "recel d'un bien provenant d'un vol".



Au cours de leurs auditions, les deux principaux suspects ont reconnu avoir étranglé Romain Barré la nuit de sa disparition, le 28 septembre, avant de transporter son corps dans le coffre de sa voiture et de le jeter dans la Loire.

Romain Barré, qui s'était assoupi dans sa voiture après avoir passé une soirée dans un restaurant du centre de Nantes, aurait été tué lors d'une

tentative de vol. Son corps n'a toujours pas été trouvé.



Les suspects ont raconté qu'ils faisaient le tour des véhicules pour y voler des objets. Trouvant Romain Barré assoupi, ils auraient commencé à fouiller discrètement sa voiture, mais se seraient interrompus en apercevant un véhicule de police dans le secteur, avait rapporté dimanche le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.



Les deux hommes seraient ensuite revenus sur les lieux et auraient alors décidé, pour effacer leurs traces, de tuer l'automobiliste - toujours assoupi selon eux - sans qu'il n'y ait eu de bagarre.



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité