• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

DOCUMENTAIRE. Les roues libres

Et si finalement le vélo incarnait un changement de société ? / © Mitiki / France 3 Pays de la Loire
Et si finalement le vélo incarnait un changement de société ? / © Mitiki / France 3 Pays de la Loire

Faire le choix de se déplacer en vélo, cela peut paraître anodin. Pourtant, pour certains, cela correspond à l'expression de convictions et contribue à l'équilibre social. 

Par Claude Bouchet

Le vélo propose une alternative efficace aux choix de mobilité qui caractérisent nos sociétés industrielles mais apporte aussi une vraie réflexion philosophique sur la liberté et l’autonomie de l’individu.

À Nantes, des citoyens choisissent de pédaler le temps d’une balade, d’un trajet quotidien, ou encore pour entreprendre. Le vélo libère la parole et met en lumière les contradictions.

On l’aime à certains moments, dans certains lieux, mais pas ailleurs, ce serait peu adapté, trop contraignant, compliqué, voire impossible. Faire le choix du vélo bouscule nos habitudes, notre rapport au déplacement et parfois même nos liens sociaux.

Et si finalement le vélo, cette invention vieille de 200 ans, incarnait un changement de société ?

Les roues libres - Un film réalisé par Thibaut Ras et Jonas Marpot
Une coproduction Mitiki  / France 3 Pays de la Loire - Durée : 52 min

 

3 Questions à Thibaut Ras, co-réalisateur du documentaire

Comment avez-vous choisi les personnages ?

Nous recherchions des profils variés de cyclistes, qui n’ont pas une utilisation exclusive du vélo, comme la plupart d’entre nous finalement. Donc le choix des personnages s’est fait assez naturellement, en regardant autour de nous, en passant du temps dans des associations de vélo, en nous baladant et en observant les pratiques de chacun.

Qu’est-ce qui vous a marqué le plus lors des tournages ?

En tournage, nous nous déplacions systématiquement à vélo pour rejoindre nos personnages, ce qui n’est vraiment pas souvent le cas lors d'un tournage car le temps est compté. Je crois que c’est une chose qui nous a marqué et qui correspondait à l’idée que l’on se faisait du film. Cela nous a obligé à organiser notre temps différemment, à prendre davantage en compte l’espace, les distances à parcourir, sans compter le capital sympathie que nous avions avec notre triporteur transformé en travelling !

Après la réalisation du documentaire, quelle vision avez-vous de la mobilité en vélo ?

Nous pensons que le vélo représente une façon d’examiner les problèmes de mobilité auxquels nous faisons face. On entend très souvent parler "d’innovation" (y compris dans le monde du vélo!), cela résonnait en nous comme quelque chose de forcément nouveau, qui n’existait pas avant, qui restait à inventer. Après avoir réalisé ce film nous sommes convaincus que la véritable innovation réside justement dans la manière d’examiner les problèmes, et non dans telle ou telle nouvelle technologie.


Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus