Et si vous participiez vous aussi à l'opération de recensement des hérissons ?

Publié le

FNE Pays de la Loire a lancé au printemps l’ "Opération Hérisson", action de recensement participatif des hérissons en Pays de la Loire. Cette espèce protégée est menacée et il est important d’en savoir plus sur sa présence sur notre territoire.

Protégé depuis 1981, le hérisson d’Europe reste toutefois relativement méconnu. Face à ce constat, France Nature Environnement a lancé en 2018 une vaste opération de recensement pour mieux connaître et mieux protéger ce petit mammifère et depuis le 31 mars 2022, FNE Pays de la Loire a décidé de la décliner sur son territoire.

 Le Hérisson d’Europe, une espèce protégée et fragile

Pourtant considéré comme commun, le hérisson d’Europe se fait aujourd’hui de plus en plus rare dans notre région comme partout en France et certains scientifiques estiment qu’il pourrait bien disparaître d’ici 2050.

L’homme est le premier fléau pour le hérisson

Xavier Métay

Coordinateur de FNE Pays de la Loire

"Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur cet animal sont principalement dues aux activités humaines, comme les intoxications aux pesticides, les collisions routières, les blessures mortelles lors de la tonte des pelouses, la disparition des haies…" , explique Xavier Métay, coordinateur de FNE Pays de la Loire. 

Beaucoup subissent les accidents de jardinage, notamment avec des tondeuses autonomes qui fonctionnent la nuit et qui viennent scalper les hérissons.

Xavier Métay

"D’autres se coincent dans des déchets ou des grillages. Il arrive aussi que certains soient brûlés lors d’écobuages sauvages", poursuit Xavier Métay.

Pourquoi lancer un recensement participatif du Hérisson d’Europe ? 

Le hérisson bénéficie d’un fort capital de sympathie, on le retrouve d’ailleurs souvent dans les dessins animés et contes pour enfants ou encore au sein de clubs sportifs où il endosse le rôle de mascotte.

Mais s’il peut sembler familier, on connaît en réalité bien peu de choses de lui : quelle est l’abondance réelle de sa population ? Comment évolue-t-elle ? Quels peuvent-être les effets du dérèglement climatique et des activités humaines sur le hérisson d’Europe ? Autant de questions pour l’instant sans réponse, qui incitent à mener l’enquête.

Et le meilleur moyen d’obtenir des données nombreuses, c’est de faire appel à toutes les bonnes volontés, partout en Pays de la Loire !

"Ce recensement participatif a pour but de mieux quantifier et cartographier la population des hérissons dans la région. C’est un état des lieux. Chaque signalement peut fournir des renseignements précieux aux scientifiques", précise le Docteur Olivier Lambert, directeur du Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage et des Ecosystèmes des Pays de la Loire (CVFSE). 

Chacun, chacune, peut ainsi contribuer, à son échelle, à la constitution d’une vaste base de données qui permettra de mieux connaître le hérisson, et donc de mieux le protéger

Olivier Lambert

Directeur du CVFSE

 Comment participer à l’opération de recensement ?

C’est très simple : si vous voyez un hérisson, il vous suffit de le prendre en photo ou en vidéo et de renseigner votre observation sur la page Hérisson de la FNE

Le hérisson d’Europe est la seule espèce de hérisson présente en France, vous ne risquez donc pas de vous tromper ! Le hérisson étant un animal nocturne, il n’est pas normal de le croiser pendant la journée. Toutefois, si vous n’êtes pas noctambule, des indices peuvent vous permettre de détecter sa présence : empreintes, crottes, nids… Pour en savoir plus sur le hérisson et apprendre à identifier ces indices, rendez-vous sur le site de la FNE.  

Attention, le hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) est une espèce protégée, qui bénéficie d’un statut de protection réglementé. Pour rappel, sont interdits par la loi : la destruction ou l’enlèvement des nids, la capture, le transport, la détention, la vente ou l’achat de l’animal (article L. 411-1 du code de l’environnement).

Premier bilan de l’Opération Hérisson 

Cette grande opération de communication a pour but de faire prendre conscience au grand public l’urgence de maintenir cette espèce en voie d’extinction. 

"Il n’est jamais trop tard pour s’y intéresser. On peut encore redresser la barre. Les Ligériens montrent un intérêt à cette campagne de recensement. On constate une hausse sensible du nombre de signalements dans les Pays de la Loire. Et les appels de particuliers et d’associations ont littéralement explosé ces dernières semaines", se réjouit Xavier Métay, qui poursuit : "A leur demande, on leur envoie des fiches techniques pour qu’ils soient davantage informés sur les conduites à tenir et qu’ils deviennent de véritables VRP dans leur quartier et auprès de leur famille et amis".  

En savoir plus sur le hérisson

"Un hérisson d’Europe mesure environ une vingtaine de centimètres de long et pèse en moyenne 1 kg à l’âge adulte. Il est couvert de 6 000 à 7 000 piquants ; d’ailleurs on le surnomme parfois "le petit roi de pique" ! Cette armure et sa faculté de contracter ses muscles pour se rouler en boule, et de demeurer dans cette position tant que le danger n’est pas écarté, le protègent de nombreux prédateurs", précise Xavier Métay.

A l’état sauvage, l’espérance de vie du hérisson d’Europe est d’environ 3 ans, mais en captivité, il peut vivre une bonne dizaine d’années. 

Contrairement aux idées reçues, le hérisson n’est pas un herbivore. Son régime alimentaire se compose principalement d’insectes, d’escargots, de vers de terre. Il lui arrive aussi de manger des fruits ainsi que des œufs et parfois même les croquettes pour chat ou chien !

On ne le répétera jamais assez, mais il ne faut pas nourrir les hérissons

Olivier Lambert

"Même si on croit faire une bonne action, lui donner à manger du fromage ou encore une gamelle de lait par exemple, peut avoir des conséquences sur son organisme", ajoute le Dr Olivier Lambert.

C’est un mammifère qui vit la nuit, bien souvent entre 19h et 3h du matin, voire jusqu’à l’aube. Il peut être vu le jour s’il a été dérangé ou s’il est malade ou blessé.

Le hérisson se reproduit au mois de mai et la femelle met bas en juin-juillet de 2 à 6 petits. Il peut y avoir 2 reproductions dans l’année. Les petits ont ainsi jusqu’au mois d’octobre pour grandir et prendre du poids avant de rentrer en hibernation pour passer l’hiver. Il ralentit alors son métabolisme en abaissant graduellement la température de son corps et sa respiration. Il puise alors dans ses réserves de graisse et ne sort qu’au début du printemps.

Comment aménager son jardin pour faciliter la vie du hérisson ?

Le hérisson d’Europe est l’ami du jardinier par excellence puisqu’il chasse les escargots et les limaces ainsi que les insectes et les lombrics. Hélas, il est bien souvent intoxiqué par les produits anti-limaces et autres pesticides encore trop utilisés.

Pour accueillir au mieux les hérissons dans son jardin, il est préférable

  • de laisser une partie de son jardin en friche en ne tondant pas une certaine surface et en faisant attention lors des tontes sur les autres parties
  • de laisser des tas de bois ou de feuilles pouvant servir de gîte
  • de ne pas utiliser de tondeuse robot autonome la nuit et d’être vigilant lors de l’utilisation d’une débroussailleuse
  • de ne pas utiliser de pesticides tels que les anti-limaces, qui risqueraient de l’empoisonner,
  • de laisser quelques trous dans le bas du grillage, voire de créer un passage dans un mur en pierre afin qu’il puisse facilement se rendre d’un jardin à un autre
  • l’été, de mettre à disposition une gamelle d’eau pour qu’il vienne se désaltérer – cela fera aussi le bonheur de nombreux autres animaux (oiseaux…).

Si un hérisson est installé dans votre jardin, il faut le laisser tranquille, c’est un animal sauvage et protégé.

Que faire si je trouve un hérisson blessé ? 

Si vous trouvez un hérisson blessé (plaie, brûlure…) ou qui vous paraît malade (hérisson retrouvé le jour et qui montre des signes de faiblesse), "il faut immédiatement contacter le centre de soins le plus proche ou appeler tout simplement un vétérinaire et expliquer la situation. Mettez l’animal dans un carton aéré avec du papier journal au fond et laissez-le au calme, de préférence dans un endroit frais" ajoute le Dr Olivier Lambert.

"Le problème, c’est qu’en croyant bien faire, les gens tentent de soigner eux-mêmes l’animal blessé et nous le ramène qu’au bout de quelques jours et il est parfois trop tard. C’est une véritable course contre la montre !", poursuit-il.

Vous trouverez par exemple en Loire-Atlantique l’ONIRIS (Nantes) et en Mayenne le Refuge de l’Arche (Saint-Fort). Il existe aussi dans certains départements des centres de soins associatifs agrées par les préfectures et dédiés en grande partie à ce petit mammifère. C’est le cas en Maine-et-Loire (SOS Hérisson 49), en Sarthe (Erinaceus France) et tout récemment en Vendée. D

ans les départements dépourvus de centres de soins de la faune sauvage, il existe des associations de protection de l’environnement, où les particuliers peuvent s’adresser.

Attention aux fortes chaleurs !

Les fortes chaleurs font craindre une mortalité importante des petits mammifères, comme ce fut le cas en mai dernier.

Les associations de protection de la faune sauvage recommandent de laisser une petite coupelle d’eau à proximité des lieux fréquentés par ces animaux.