Extinction des éclairages, baisse du chauffage des piscines : Nantes Métropole présente son plan de sobriété énergétique

Publié le
Écrit par Camille Aguilé

En réponse à la crise énergétique, les communes de Nantes Métropole font front commun. Ce jeudi 24 novembre, la collectivité détaille son plan de sobriété énergétique pour réduire sa consommation d'énergie d'ici 2024.

Les 24 communes de Nantes Métropole ont décidé d'affronter ensemble les défis de la crise énergétique.

Lors d'une conférence ce jeudi 24 novembre, l'agglomération a présenté un plan de sobriété élaboré à l'échelle intercommunale : composé de 23 mesures, celui-ci a pour objectif de diminuer de 10% la consommation énergétique du territoire en 2024 par rapport la consommation enregistrée en 2019.

Ce plan de sobriété se donne trois objectifs complémentaires : limiter les risques de coupure d'électricité, limiter les impacts financiers, et accélérer les efforts d'efficacité énergétique et de soutien aux énergies renouvelables locales.

Johanna Rolland

Maire de Nantes (Parti socialiste)

Un pacte intercommunal

Pour avancer de concert, les communes de Nantes Métropole ont mis au point une charte : le pacte de sobriété intercommunal. Il définit cinq axes principaux à approfondir pour "apporter une réponse globale aux enjeux de la transition énergétique".

  • Œuvrer à la sobriété des bâtiments administratifs et des pratiques professionnelles
  • Adapter les services publics locaux
  • Accompagner la mobilisation des habitants, des entreprises et des associations
  • Développer la coopération intercommunale
  • Intégrer les enjeux de sobriété dans les projets 2023

"Nous sommes la première métropole de France à organiser cette mobilisation à un tel niveau", affirme Johanna Rolland, maire PS de Nantes.

Bâtiments moins énergivores

Le plan de sobriété s'intéresse notamment à la température des équipements publics. Bureaux, salles de formation, ateliers, dépôts et garages devront respecter des consignes écrites noir sur blanc et allant du non chauffage (pour les garages) à 19°C pour les bureaux.

Les températures seront réduite en fonction de la durée d'inoccupation des bâtiments vides. L'eau chaude est aussi ciblée et se fera plus rare dans les sanitaires des bâtiments administratifs. 

La sensibilisation des agents de la fonction publique aux bons gestes et aux actions mises en place accompagne ces mesures de restriction. 

Des services publics plus sobres 

La température de l'eau des piscines perdra 1°C car Nantes Métropole entend réguler la consommation des services publics locaux. Là aussi, la collectivité établit des températures réglementaires : 

  • 21°C dans les crèches et les EPHAD
  • 19°C pour les salles de classe des écoles élémentaires et maternelles, de restauration scolaire, les centres médico-sociaux, socio-culturels et les médiathèques
  • 18°C pour les salles de sport (gymnastique, danse et les vestiaires)
  • 13 à 14°C pour les salles multisport (sports collectifs et autres activités que gymnastique)

Côté lumière, la collectivité poursuit l'extinction des feux sur les bâtiments du patrimoine nantais et métropolitain mise en place fin septembre. Le château des Ducs de Bretagne et le théâtre Graslin seront néanmoins allumés les soirs de représentations et d'évènements.

L'éclairage public est coupé entre 23 heures et 6 heures et la publicité lumineuse sera réduite à partir du 1er janvier 2023. L’extinction nocturne de tous les panneaux de publicité lumineuse de minuit à 6 heures sera également appliquée, assortie d'une réduction de leur intensité lumineuse.

Embarquer les délégataires

Les titulaires de délégations de service public ne sont pas oubliés. Semitan, Bicloo et EFFIA sont priés de poursuivre leurs efforts.

Nantes Métropole fait état des mesures que ces sociétés ont déjà prises : éclairage LED et panneaux solaires sur les stations de vélo Bicloo, incitation à l'écoconduite des conducteurs de bus, éclairage sur détection dans les parkings de la gare et du centre-ouest...

Particuliers, entreprises et associations

"Consommer au bon moment" est le mot d'ordre de la collectivité dans son action de sensibilisation et d'accompagnement des citoyens et entreprises vers la sobriété énergétique. 

Tous les moyens sont bons pour faire passer le message, de l'accompagnement téléphonique via AlloNantes* aux ateliers "économie d'énergie" à l'éco-appart de Nantes-Saint-Herblain.

La collectivité ambitionne aussi d'augmenter les interventions du SLIME (service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie). Le service propose des visites à domicile pour réduire les consommations d’énergie et d’eau des ménages aux revenus modestes. 

Signataire de la charte Ecowatt, Nantes Métropole invite les professionnels à faire de même pour maîtriser leur demande en énergie.

Penser sobriété au futur

Au-delà de la tension du réseau électrique prévue pour l'hiver 2022, la transition énergétique est une affaire de long-terme. 

Le plan de sobriété évoque l'impératif d'intégrer la sobriété énergétique dans les projets de la métropole. Les leviers identifiés :

  • rénover les bâtiments tertiaires et les logements privés
  • déployer les réseaux de chaleur urbains et les énergies renouvelables

Nantes Métropole maintient son objectif de rénovation de 5 000 logements par an dont 1 500 logements sociaux. Elle prévoit aussi de remplacer les luminaires d'éclairage public par des LED d'ici 2026 pour économiser 50% de la consommation actuelle.

En parallèle, la collectivité ambitionne de déployer son réseau de chaleur public Aujourd'hui, seuls 12% des logements du territoire y sont raccordés. 

Davantage de solaire 

Équipée de sept installations photovoltaïques, la métropole prévoit dix nouvelles installations sur les toitures de plusieurs écoles (Port Boyer, Plessis Cellier), centres techniques, ou encore sur le conservatoire et la cité des congrès.

D'ici fin 2023, le quartier République devrait pouvoir autoconsommer 15 à 20% de ses besoins en électricité.

Le plan sobriété apparaît comme une étape sur le chemin de la collectivité pour devenir un territoire alimenté à 50% par des énergies renouvelables en 2050. En 2016, seuls 7% de la consommation du territoire était issue d'énergies renouvelables et de récupération. 

*AlloNantes : 02 40 41 9000

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité