• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

FC Nantes : les opposants au YelloPark reçus à Paris le 16 juillet

Le 27 novembre, les participants à la réunion de l’association À la nantaise se sont prononcés à la quasi unanimité pour demander à Johanna Rolland l’organisation d’une consultation sur le projet du Yellopark. / © Christophe Amouriaux
Le 27 novembre, les participants à la réunion de l’association À la nantaise se sont prononcés à la quasi unanimité pour demander à Johanna Rolland l’organisation d’une consultation sur le projet du Yellopark. / © Christophe Amouriaux

Une délégation de riverains et de supporters opposés au projet YelloPark sera reçue ce lundi 16 juillet par Chantal Jouanno, présidente de la Commission Nationale du Débat Public. L’audition des garants est prévue le mercredi 18 juillet.

Par Fabienne Even

Les représentants des associations «À la Nantaise», «Brigade Loire» et des riverains seront reçus par Chantal Jouanno, présidente de la Commission Nationale du Débat Public, au ministère de la transition écologique et solidaire lundi 16 juillet à 14h.

Débutée le 21 février avec la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) la concertation avait été prolongée d’un mois. Elle s’est achevée le 19 mai dernier. Les deux garants, en charge du bon déroulement de la concertation seront reçus mercredi 18 juillet par Chantal Jouanno.

Florian Le Teuff, président de l’association «A la Nantaise» dénonce une «parodie de concertation», alors même que la métropole défend le débat citoyen. «Ce n’est pas la culture nantaise, il faut prendre le temps», justifie-t-il.

Le projet YelloPark prévoit la construction d’un nouveau stade privé de 40 000 places d’ici 2022 ainsi que 1 500 logements et 50 000 m2 de bureaux.
 

Les opposants contestent le choix de construire un nouveau stade alors que celui de la Beaujoire, d’une capacité de 37 500 places répond aux normes pour recevoir des compétitions comme la Coupe du monde de rugby 2023 et les Jeux Olympiques 2024.

Actuellement, le FC Nantes verse un loyer de 180 000 euros à la métropole. Il pourrait être multiplié par trente et serait versé de fait à la société YelloPark, précise les opposants au projet.

Surtout, ils s’inquiètent de l’impact environnemental de la destruction du stade de la Beaujoire, 20 000 m3 de béton, ferrailles et câbles divers. Florian Le Teuff souligne qu’ «aucun bilan carbone n’a été effectué, alors que la métropole nantaise est engagée dans la transition écologique».
 

Autre point de désaccord, la vente de 22 hectares de foncier public à la société YelloPark, pour un montant de 10,6 millions d'euros sans mise en concurrence, «une bouchée de pain", dénonce Florian Le Teuff. "Pour financer cette opération, il faut trouver des fonds et donc privatiser un quartier entier». Enfin, les riverains s'inquiètent de l'évolution et de la densification du quartier.

Les membres des associations et l'architecte du stade de la Beaujoire ont pour leur part travaillé à un contre-projet qu'ils rendront public en septembre prochain.
 

Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus