Fête foraine de Nantes : des forains masqués mais heureux de revenir malgré une baisse de fréquentation

Voilà bien une profession passablement malmenée par les conséquences de la crise sanitaire du covid-19, les forains, d'abord confinés, puis allant d'annulations en annulations des fêtes estivales, ne boudent pas leur plaisir avec la reprise de la Fête foraine de Nantes.

La Fête foraine d'automne de Nantes jusqu'au 4 octobre
La Fête foraine d'automne de Nantes jusqu'au 4 octobre © Christophe Turgis / France Télévisions
"Déjà on est contents de retravailler !" Maxime Ferrand, le forain de Concarneau, ne dissimule pas son plaisir de se retrouver avec ses collègues et amis pour cette Fête foraine d'automne à Nantes. "On est en plein centre-ville, certes masqués, et par la température qu'il fait ce n'est vraiment pas agréable".

Il est 16 heures ce lundi, le thermomètre indique 30°, les métiers s'animent, chez les forains on ne dit pas manège mais métier ! Sur les métiers donc, les néons clignotent déjà, le parfum de la barbe à papa flotte sur les cours Saint-Pierre et Saint-André, on entend les premiers cris des victimes, toutes volontaires, de l'Oxygen, un truc de fou qui vous propulse de bas en haut et de haut en bas sans avoir le temps de dire ouf !
Gaétan Laso et Maxime Ferrand, deux forains heureux de pouvoir travailler à nouveau à la Fête foraine d'automne de Nantes après de longs mois d'arrêt forcé par la crise du covid-19
Gaétan Laso et Maxime Ferrand, deux forains heureux de pouvoir travailler à nouveau à la Fête foraine d'automne de Nantes après de longs mois d'arrêt forcé par la crise du covid-19 © Christophe Turgis / France Télévisions
 

Le plaisir de revenir à Nantes

Maxime n'a pas travaillé de mars à juillet, "comme tout le monde on a été confinés, puis les annulations des fêtes durant le déconfinement ont fait qu'on a repris un peu que début juillet. Nous avons été bien accueillis par la mairie de Nantes, qui a mis un périmètre de protection autour de la foire, avec un sens d'entrée / sortie, et des vigiles pour contrôler le port du masque". Même si dans les allées, les masques des visiteurs sont souvent sous le menton...

Sur les métiers, les forains ont disposé aussi des distributeurs de gel hydro-alcoolique pour les mains. "On désinfecte les jetons dès qu'ils reviennent en caisse". Sur les manèges, oups les métiers !, des panneaux rappellent partout les indispensables gestes barrières.

Gaétan Laso vient de Bayonne, "on s'arrange entre nous au dernier moment, d'habitude je fais une ville par week-end en été, mais là avec le covid, tout a été bouleversé, toutes les fêtes du sud-ouest ont été annulées en juillet et en août. Même les fêtes de Bayonne ! J'ai été obligé d'aller travailler à Bourges, Douai, Rethel, Cambrai, ça fait des frais de route, et maintenant Nantes, mais ça c'était prévu. On est bien ici, la ville organise bien les choses, électricité, ordures ménagères, sécurité. Attention ce n'est pas gratuit pour nous, mais au moins c'est carré !"

Décidément, septembre à Nantes pour les forains, c'est le signe d'un retour à la normale.
La Fête foraine d'automne de Nantes

 

70 familles, comme un village en ville

16h30, les enfants reviennent de l'école, pas les enfants des clients, ceux des 70 familles qui viennent vivre à Nantes dans leurs caravanes. "Ils vont à l'école Saint-Pierre, les enseignants sont sympas, ils savent s'adapter et comprennent que nos gosses n'ont pas toujours le même niveau que les autres".

Pas facile effectivement de s'intégrer pour un mois, de quitter une école le vendredi et d'arriver dans une autre le lundi suivant !
Les forains, 70 familles qui s'installent pour un mois dans le centre de Nantes
Les forains, 70 familles qui s'installent pour un mois dans le centre de Nantes © Christophe Turgis / France Télévisions
Et 70 familles, ça se voit aussi dans le quartier autour de la cathédrale, "on va tous les jours au pain, le boulanger est content !" La Fête foraine de Nantes, c'est à la fois une entreprise et un village qui s'installe pour un mois.
 

Des tarifs réduits le mercredi

Les forains ont fait le gros dos durant le confinement, peu d'entre eux ont reçu des aides. Maxime et Gaétan sont d'accord, ils voient passer moins de monde que les autres années, "Dans le nord, précise Gaétan, les mairies nous ont dit que la fréquentation avait baissé de 40 à 50 % avec le covid. Ici à Nantes, pour la première semaine on serait plutôt sur -20 ou -30%".

Des clients moins nombreux, mais si les fidèles viennent avec la même envie de sensations fortes, les choses devraient pouvoir aller. "On fait des journées à tarif réduit, comme le mercredi, les gens viennent avec les enfants faire un tour pour les churros, les gauffres ou la barbe à papa. La fête foraine est, et doit rester, une fête populaire de centre-ville, on ne va pas augmenter les prix !"
À la Foire d'automne de Nantes, sensations fortes garanties dans le respect des gestes barrières
À la Foire d'automne de Nantes, sensations fortes garanties dans le respect des gestes barrières © Christophe Turgis / France Télévisions
 

La Fête foraine d'automne pratique

La Foire de Nantes dure jusqu'au 4 octobre, sur les cours Saint-Pierre et Saint-André, jusqu'à 23h en semaine et une heure du matin le vendredi et le samedi. La musique s'arrête à 22 heures tous les soirs. "Normal, ajoute Maxime, il faut bien que les voisins dorment !" Demi tarif le mercredi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture loisirs sorties et loisirs économie coronavirus/covid-19 santé société