Le ministre de la Santé François Braun au CHU de Nantes pour faire un point sur sa "mission flash", une visite loin de plaire aux syndicats

Publié le

François Braun,le ministre de la Santé et de la Prévention, était en déplacement à Nantes ce mercredi 3 août.

Le ministre de la Santé a visité les services des urgences du CHU de Nantes. Il a également visité le services des urgences pédiatriques du CHU ainsi que le service de régulation du Samu.

François Braun s'est entretenu avec la direction de chacun de ces services.

Mardi, le ministre était en Bretagne. Il a fait le déplacement au CHU de Rennes, également dans le cadre de la "mission flash" du gouvernement.

"Ma méthode c'est  d'aller sur le terrain, c'est d'aller au niveau des territoires, d'aller voir  ce qui se passe bien, a-t-il précisé ce mercredi à Nantes, d'aller voir les originalités, d'aller voir les innovations qui sont faites au niveau des territoires, et ici à Nantes je suis gâté, il y a plein de choses qui se font  pour justement améliorer la prise en charge des patients, diminuer autant que faire se peut, la pression sur l'hôpital".

Dans le cadre de la "mission flash", je viens voir aussi si les outils que nous avons mis à disposition sont utilisés, et sont efficaces

François Braun

Ministre de la Santé

A la fin de sa visite, François Braun est reparti en se faisant interpeller. "Les gens en ont ras-le-bol, il faut des moyens" lui ont lancé des syndicalistes CGT du CHU, "on n'en peut plus".

Ras-le-bol de ces conditions de travail pourries

Olivier Terrien

Secrétaire général adjoint CGT - CHU Nantes

"Arrêtez la souffrance du personnel", lui ont-ils encore lancé alors que le ministre remontait en voiture.

Les syndicalistes du CHU ont estimé avoir été mis à l'écart de cette visite ministérielle.

"On a été prévenu très tardivement parce que sinon on se serait organisé, on aurait appelé les personnels à se mobiliser, a estimé Olivier Terrien, secrétaire général adjoint CGT - CHU Nantes, aujourd'hui on vit une véritable maltraitance institutionnelle".

"On a un absentéisme qui a explosé, on a des fermetures de lits partout, on a des conditions de travail déplorables".

On est à 12% d'absentéisme, on a plus de 260 000 jours d'arrêts de travail, c'est plus d'un mois d'arrêt de travail par agent

Olivier Terrien

Secrétaire général adjoint CGT - CHU Nantes

Le gouvernement a mis en place la "Mission flash" sur les urgences et les soins non programmés en juillet dernier. 

"Grâce à la mobilisation conjointe des professionnels et de l’ensemble des services de l’État, les territoires disposent, jusqu’à la fin du mois de septembre, d’une série de leviers nouveaux pour garantir une réponse adaptée aux besoins de santé des Français", annonçait le ministère de la santé à l'occasion du lancement de cette mission.