Loire-Atlantique - Air France : le plan social proposé par la direction de Hop! basé à Bouguenais retoqué

La Direction Régionale du Travail a refusé le plan de sauvegarde de l'emploi que lui a présenté le transporteur aérien Hop! basé à Bouguenais, près de Nantes.

Plus de 1000 emplois supprimés chez HOP ! la filiale d'Air France à Nantes
Plus de 1000 emplois supprimés chez HOP ! la filiale d'Air France à Nantes © David Jouillat / France Télévisions

La Direccte ((direction régionale du travail) et de l'emploi, estime que le plan social présenté par l'entreprise Hop!, filiale d'Air France, n'est pas conforme. Il a, par conséquent, été refusé.

Selon Emelyne Fronteau, présidente du syndicat de pilotes SNPL chez Hop!, et citée par l'AFP, La Direccte "dit clairement que les propositions de reclassement négociées correspondent à des conditions de recrutement externes, or on ne reclasse pas des salariés d'un groupe à l'autre comme on recrute à l'extérieur".  

Le plan prévoyait la suppression de 1.007 postes au sein de la compagnie aérienne basée près de l'aéroport de Nantes Atlantique, à Bouguenais, dont 317 pilotes, 286 personnels navigants commerciaux et 404 personnels au sol, sur un effectif de 2421 emplois en équivalents temps plein.

Les conditions de reclassement avaient de quoi décevoir les personnels de Hop! Ainsi, les chefs de cabine et les commandants de bord repris par Air France ne bénéficieraient pas de leur ancienneté. : "Un copilote rentré il y a deux ans chez Air France serait plus prioritaire qu'un commandant de bord (de Hop!) avec vingt ans d'expérience", a expliqué Emelyne Fronteau.

D'où la position de la Direccte qui refuse ce plan de sauvegarde de l'emploi. La direction de Hop! pourra toujours en proposer un autre mais en tenant compte des motifs de l'administration.

Cela "n'empêchera pas les fermetures déjà programmées " a précisé à l'AFP Joël Rondel, secrétaire CGT du CSE.
 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie transports aériens transports