Manifestation à Nantes : les opposants au pass sanitaire de plus en plus nombreux

Alors que la loi définissant l'application du pass sanitaire est entrée en vigueur lundi, ses opposants continuent de se mobiliser. Ils étaient environ 5000 ce samedi à Nantes.

La chaleur n’aura pas eu raison de leurs ardeurs. Bien au contraire. Les manifestants contre le pass sanitaire étaient plus nombreux que la semaine dernière ce samedi après-midi à Nantes. Dans leur viseur : le dispositif contre le Covid-19 imposé depuis lundi. Ses opposants le jugent "liberticide" et vont même jusqu’à faire le parallèle avec le nazisme…

Un parcours rallongé

Le tracé de cette cinquième mobilisation était assez inhabituel et plus long qu'à l'accoutumée. Les manifestants ont en effet emprunté la rue de Strasbourg et les voies étroites du centre-ville. Ils ont aussi déambulé dans le quartier Bouffay. Les participants étaient là pour se faire entendre et ils ont fait une halte devant le CHU pour soutenir les soignants qui refuseraient de se faire vacciner. 

Une heure après le début de la manifestation, la police comptabilisait 4200 personnes. Selon les passants, le cortège avoisinerait plutôt les 5 000 participants. Ce serait la plus grosse mobilisation anti-vaccin enregistrée à Nantes. 

La mobilisation s'est déroulée sans heurt dans une ambiance plutôt tranquille. Les forces de l'ordre se sont faites discrètes, apparaissant groupées seulement aux abords de la préfecture.

Une tolérance mutuelle 

Les habitants, les passants et les restaurateurs étaient tolérants vis-à-vis des manifestants. "Tant qu'il n'y a pas de casse, nous respectons cette liberté de manifester", témoigne l'un d'eux hors caméra.

La manifestation regroupait des personnes de tous âges, de toutes catégories sociales et de tous bords politiques. Beaucoup de parents étaient présents : ils redoutent une potentielle vaccination obligatoire pour leurs enfants.

Interrogé sur la particularité de ce mouvement estival, un témoin estime que : "la liberté peut s'exprimer n'importe quand, aussi bien en été qu'en hiver et il faut la conserver".  

Dans la région, des regroupements ont également eu lieu ce samedi 14 août au Mans, à Saumure, à Saint-Nazaire et à Angers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 manifestation économie social