• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Migrants à Nantes : l'Etat ne veut pas payer la facture

Des tentes ont été installées gymnase Léo Lagrange pour accueillir les migrants, septembre 2018 / © Eleonore Duplay - France 3 Pays de la Loire
Des tentes ont été installées gymnase Léo Lagrange pour accueillir les migrants, septembre 2018 / © Eleonore Duplay - France 3 Pays de la Loire

La solidarité a un prix et Johanna Rolland, la maire de Nantes vient de le vérifier. Le 20 septembre dernier, elle faisait ouvrir plusieurs gymnases de la ville pour y accueillir près de 700 migrants qui campaient jusqu'à lors en centre-ville, une facture à 4 200 000 euros.

Par FB avec Fabienne Even

Le 20 septembre dernier, près de 700 migrants étaient évacués du square Daviais, dans le centre de Nantes,et relogés dans cinq gymnases de la ville. Une décision saluée par les associations locales d'aide aux migrants.

"La ville de Nantes a souhaité un relogement inconditionnel, n'a pas voulu regarder les situations individuelles et a décidé de mettre tout le monde à l'abri sans distinction", explique François Prochasson, membre du collectif de soutien aux migrants.

Cette prise en charge à un coût  : 4 200 000 euros pour la ville. Une somme réclamée à l'Etat qui a la responsabilité de la mise à l'abri des migrants.

Pour l'heure c'est une fin de non recevoir, le premier ministre l'a notifié par écrit à Johanna Rolland, la maire de Nantes.
Selon Edouard Philippe, "l'engagement de ces dépenses correspond à un choix libre et assumé de la municipalité"

Les négociations avec l'Etat vont cependant se poursuivre

"Il y a des échanges réguliers avec les services de l'état local, et le 1er ministre nous allons continuer a porter  prise en charge financer et les personnes dans ce lieux", explique Aicha Bassal

140 migrants ont été, pour l'instant, relogés en Centre d'accueil pour demandeurs d'asile.
Les autres sont hébergés depuis fin octobre dans des locaux mis à disposition à Nantes, à Saint-Brévin et Saint Herblain.

Le premier ministre précise que 400 places supplémentaires en centre d'accueil devraient être créées cette année dans la région.

► Le reportage de notre rédaction
 
Migrants à Nantes : qui va payer la facture ?


 

Sur le même sujet

Le Looksor : tout ce que vous ignorez encore de la chanson de Philippe Katerine

Les + Lus