• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : Bagarre dans un bar à Nantes, trois suspects proches de l'extrême droite incarcérés

Le palais de justice de Nantes. / © France Télévisions - Olivier Quentin
Le palais de justice de Nantes. / © France Télévisions - Olivier Quentin

Trois personnes, proches des milieux d'extrême droite, ont été placées en détention provisoire suite à une violente bagarre dans un bar à Nantes dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 juillet, a-t-on appris lundi de sources policières.

Par GS, avec AFP

Au total cinq personnes ont été déférées devant le parquet de Nantes suite à cet épisode de violences qui s'est déroulé dans un bar du quartier Bouffay, un des quartiers les plus animés de la ville, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.
Parmi eux, trois personnes ont été placées en détention provisoire et deux remises en liberté sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet. 
"Plusieurs individus ont déferlé sur le bar, bien décidés à détruire ce lieu d'échanges, d'effervescence et de joie que nous avons construit tous ensemble depuis trois ans maintenant", avaient déclaré samedi les gérants du "Hopopop Café", dans un message publié sur Facebook. 

"Ces hommes masqués et lourdement armés ont fait preuve d'une lâcheté édifiante en s'attaquant par surprise à des personnes venues partager le simple plaisir d'être en week-end", avaient-ils ajouté, faisant état de plusieurs blessés au cours d'un "déchaînement de violence inimaginable".

Extrême droite contre ultra gauche

"On sait que les auteurs sont connus des milieux d'extrême droite, de même que les victimes sont aussi connues parmi les militants de l'ultra gauche nantaise", a expliqué un enquêteur, pointant des faits "plutôt inhabituels".

Cette bagarre "violente" se double d'une "connotation politique", a ajouté cette source.

Un couple blessé lors de l'agression de vendredi a contacté la rédaction de France 3 Pays de la Loire. Tous deux précisent "qu’ils ne font pas partie du milieu de l'ultra gauche , ni d’aucun milieu d’ailleurs."  

L'enquête, confiée à la sûreté départementale, se poursuivait lundi pour tenter d'identifier éventuels d'autres auteurs.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus