• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : les conducteurs de la Tan sensibilisent les usagers aux incivilités

L'arrêt de tram Hôtel Dieu de Nantes. / © Romain Boulanger/Maxppp
L'arrêt de tram Hôtel Dieu de Nantes. / © Romain Boulanger/Maxppp

Vendredi 29 septembre, les employés de la Semitan distribuent des tracts aux usagers du réseau de transports en commun de Nantes. Les conducteurs, victimes d'une augmentation des violences physiques et verbales, souhaitent inciter le public à éviter ces mauvais comportements.

Par Valentin Pasquier et Olivier Quentin

Parés de gilets oranges réfléchissants, ils distribuaient des tracts sur le réseau Tan, vendredi 29 octobre au matin, afin d'interpeller les habitants et la Métropole nantaise. "Le civisme est l'affaire de tous! Ma famille comme la vôtre aime que je rentre du boulot sans avoir été agressé!" peut-on lire en majuscules. Une façon de sensibiliser les usagers au mal-être que peuvent parfois connaître les conducteurs des transports en commun nantais.

Ronan Gilbert, délégué CGT, fulmine. « Ce matin, en distribuant des tracts aux usagers, j’ai vu une jeune fille se faire embêter par quelqu’un d’alcoolisé place du Commerce. C'était à 7 heures du matin! Dès qu’on intervient, on se fait insulter, c'est devenu régulier." Les salariés observent un essor des incivilités ses derniers temps sur le réseau de tram et de bus. Un phénomène qu'ils veulent juguler grâce à cette opération matinale de tractage.


Insultes régulières



Sans pour autant être des violences physiques, ces incivilités reposent surtout sur des insultes ou des gestes injurieux (doigts d’honneur par exemple).  Les délégués syndicaux indiquent que les conducteurs se font souvent insulter lorsque le bus accuse un retard ou parce qu'il a soit-disant gêné une voiture dans la circulation.



"L’usager assiste à la scène mais il s’en va, il a fini son voyage. Mais pour le chauffeur, ça se répète plusieurs fois par jours, souligne Ronan Gilbert. Le nombre des arrêts maladie a augmenté en 2017: on est passé à 10 % alors qu’on était avant l'un des réseaux de France avec le plus bas taux d’arrêt de ce type." 

Selon le dernier comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la Semitan, a recensé 37 agressions physiques sur le personnel pour les huits premiers mois de l'année 2017, alors que ce nombre ne dépassait pas 27 sur l'année 2016 complète.



Sur le même sujet

floralies

Les + Lus