Nantes : le Dragon de Calais prêt à s'envoler... par bateau

Le dragon de Calais dans l'atelier de la Compagnie La Machine à Nantes / © France Télévisions Olivier Quentin
Le dragon de Calais dans l'atelier de la Compagnie La Machine à Nantes / © France Télévisions Olivier Quentin

Vous ne verrez pas de photos du Dragon de Calais en couleur. La surprise est réservée aux habitants de la ville qui a commandé la nouvelle création de la Compagnie La Machine. L'œuvre de François Delarozière est quasi terminée et prendra prochainement le bateau pour Calais.

 

Par Olivier Quentin

L'équipe de François Delarozière s'affaire toujours autour du monstre de bois et de métal.

Il aura fallu deux ans de conception et de réalisation pour donner naissance au Dragon de Calais, commande passée par cette ville des Hauts-de-France en 2016.

Son maire, Natacha Bouchart, était tombée sous le charme de Long Ma, le cheval-dragon conçu également par la Compagnie La Machine pour la Chine lors de son passage à Calais en juin 2016.
 

72 tonnes de bois et de métal

La Compagnie installée sous les nefs de l'île de Nantes, à côté des Machines de l'île, s'était mise au travail sous la direction de François Delarozière toujours influencé par sa passion pour les sauriens.

72 tonnes de bois et de métal plus tard, le dragon de Calais est prêt à sortir de son œuf (sa nef). On attendra que l'ouragan Lorenzo quitte l'Europe de l'ouest pour que la bête puisse embarquer sur un bateau, cap vers le nord.
 

Plus haut, plus long et plus lourd que l'Eléphant de Nantes, le dragon de Calais a été conçu pour être à l'échelle du paysage local. Il doit être vu de loin, même de la mer... et des ferries.

Calais, ce sont 75 000 habitants mais c'est surtout le premier port d'Europe en nombre de passagers, 16 millions de personnes par an.

L'idée pour le commerce local, c'est de retenir un peu ce flux sur place. 

Ce sera la mission du Dragon... et des varans et iguanes qui le rejoindront d'ici 2021. En tout 10 machines et une nef pour un budget de 20 millions d'euros HT.
 

"Rendre la ville spectaculaire"

Changer l'image de Calais qui a souffert de l'épisode jungle, réhabiliter le front de mer, c'est l'ambition de la maire de la ville.

Du 1er au 3 novembre, une grande animation présentera aux Calaisiens leur nouvel ambassadeur. "Une sorte de bande-annonce de la présence du dragon dans la ville" s'enthousiasme Frédette Lampres, responsable diffusion et communication de la Compagnie La Machine.

Rappelant l'esprit des machines conçues par la Compagnie nantaise, Frédette Lampres explique que "l'idée est de rendre la ville spectaculaire tous les jours."

Le Dragon pourra embarquer 50 personnes sur son dos. On y grimpera via un escalier inséré dans sa longue queue. 
 

Des ailes qui se déploient

Alors que l'Eléphant de Nantes reste cloîtré sur le parc des anciens chantiers navals, le Dragon de Calais évoluera tous les jours sur le front de mer.

Quatre à cinq personnes suffiront à sa manipulation quotidienne mais lors des spectacles, 17 servants seront nécessaires pour faire vivre totalement l'œuvre de l'équipe de François Delarozère. 

Des ailes qui se déploient, des effets de respiration, de la fumée, une flamme, un jet d'eau et bien sûr des sons, le spectacle promet d'être impressionnant.
 
Le Dragon de Calais

 

Le dragon de Calais

10 à 15 m de haut.
5 m de large. Jusqu'à 17.5 m lorsque les ailes sont déployées.
25 m de long.
Propulsion hybride pour une vitesse max de 4 km/h.
50 à 60 personnes embarquées

Coût total des machines commandées : 20 millions d'euros hors taxes financés par la Ville de Calais, la Région des Hauts de France et l'Etat.

Sur le même sujet

Les + Lus