Nantes : une filière universitaire pour apprendre à démanteler les centrales nucléaires

Il n'y en a que quelques-unes en France, à Valence, Grenoble, Paris ou Nantes. De niveau master II, celle de Nantes s'intitule modélisation et démantèlement nucléaire. Une filière d'avenir, car même si on ne sortait pas du nucléaire, il faudrait apprendre à démanteler des centrales vieillissantes.

Le Master II Modélisation Démantèlement Nucléaire est accueilli dans les locaux d'IMT Atlantique
Le Master II Modélisation Démantèlement Nucléaire est accueilli dans les locaux d'IMT Atlantique © France Télévisions Olivier Quentin
Se spécialiser dans le démantèlement des installations nucléaires, ce n'est pas forcément prendre acte de la sortie du nucléaire, même si cette direction est prise par nos voisins allemands.

C'est aussi avoir conscience que notre parc de centrales nucléaires en France n'est pas éternel et qu'il faudra bien progressivement fermer les sites vieillissants.

Les fermer, donc les démanteler. Et une telle démarche peut prendre une trentaine d'années.

Savoir démanteler une centrale n'est pas, on s'en doute, donné à tout le monde. Outre les questions de sécurité, il faut aussi savoir séparer ce qui a été ionisé du reste. Plus il y aura de déchets radioactifs à traiter, plus le démantèlement sera coûteux. Un bon tri est donc primordial pour la sécurité mais aussi pour réduire le coût de l'opération.
 

"On devra tout démanteler..."

Olivier Lalanne est expert en sûreté nucléaire chez ORANO (ex AREVA). Il est aussi intervenant dans le master II démantèlement nucléaire créé à l'université de Nantes il y a cinq ans. Il est convaincu de la pertinence de cette filière ne serait-ce que parce que les technologies évoluent.

"On devra tout démanteler, dit-il, on va arrêter les réacteurs à eau pressurisée (qui utilise l'énergie fournie par la fission des atomes d'uranium ) pour faire des réacteurs à fusion."
 
Le Master II Modélisation Démantèlement Nucléaire est accueilli dans les locaux d'IMT Atlantique
Le Master II Modélisation Démantèlement Nucléaire est accueilli dans les locaux d'IMT Atlantique © France Télévisions Olivier Quentin


Dans une petite salle de cours au sein des locaux d'IMT Atlantique, ils sont six étudiants à suivre la filière master II démantèlement et modélisation nucléaire.

Tous ont de solides bases de physique et sur les rayonnement ionisants acquises en licence puis en master I.

La plupart sont des Pays de la Loire mais certains viennent de plus loin, Toulouse, Caen ou même du Gabon. Tous se sont passionnés pour le secteur nucléaire.

"Je me suis toujours passionné pour la physique de l'infiniment petit" nous dit Khalid qui a bien l'intention de trouver un contrat en alternance dans le secteur du démantèlement cette année.
 
Muriel Fallot est la responsable du parcours démantèlement et modélisation nucléaire à l'IMT Atlantique à Nantes.
Muriel Fallot est la responsable du parcours démantèlement et modélisation nucléaire à l'IMT Atlantique à Nantes. © France Télévisions Olivier Quentin

La filière soutenue par EDF a été cocréée par Muriel Fallot, maître de conférence et aujourd'hui responsable de ce parcours universitaire co-accrédité par IMT Atlantique.

"Il faut bien qu'on sache démanteler les centrales nucléaires pour nos enfants et petits enfants", argumente cette scientifique qui aimerait que sa filière accueille plus d'étudiants.

Une projection qui, pour le moment, n'est pas franchement partagée par les étudiants croisés ce jour-là en cours. Beaucoup sont là parce que c'est un point d'entrée dans ce secteur.

"On sait qu'il y a de la demande confirme Olivier Lalanne, La première usine de retraitement de déchets nucléaires de La Hague est en cours de démantèlement pour les trente ans à venir."
  "Remplacer une grande pièce d’un réacteur en activité est dans la même problématique que pour un démantèlement"ajoute Muriel Fallot, c'est une filière riche.

Depuis que ce master II existe, les étudiants diplômés n'ont eu aucun mal à trouver un emploi. Beaucoup avaient déjà des propositions d'embauche avant la fin de leur formation. 

Nos voisins d'outre-Rhin ont annoncé une sortie du nucléaire pour 2022.

17 réacteurs seront à démanteler. 

Les étudiants du master II démantèlement et modélisation feraient bien d'apprendre aussi l'Allemand...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société nucléaire environnement