Pays de la Loire : des marches contre les violences faites aux femmes ce samedi

Plusieurs rassemblements dans la région dont un à Saint-Nazaire / © Christophe François
Plusieurs rassemblements dans la région dont un à Saint-Nazaire / © Christophe François

Ce 24 novembre n'est pas que la deuxième grande journée de mobilisation des Gilets Jaunes, c'est aussi une journée d'action pour les associations qui luttent contre les violences faites aux femmes. Plusieurs manifestations étaient prévues dans la région.

Par Olivier Quentin

L'artiste nantaise Jeanne Cherhal est l'une des nombreuses signataires de la tribune publiée par France Inter et de l'appel à manifester ce samedi 24 novembre pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes en France. 

C'est une journée de mobilisation nationale qui aura ses rassemblements dans différentes villes. A Nantes, c'était l'après-midi dans le centre-ville.
 

Plusieurs lieux de rendez-vous


Plusieurs points de rendez-vous étaient annoncés, Place Graslin, place du Bouffay et Gare Maritime. 

La diversité de ces points de rassemblement vient du fait que les associations qui appellent à manifester n'ont pas tout à fait les mêmes revendications, les mêmes points de vie sur la question. 

Le plus petit dénominateur commun reste les violences faites aux femmes mais comment faut-il gérer la prostitution ? Là, les avis divergent. 
L'une des manifestations à Nantes a rassemblé près de 1000 personnes selon les organisatrices / © David Jouillat
L'une des manifestations à Nantes a rassemblé près de 1000 personnes selon les organisatrices / © David Jouillat

Prostitution = violence


A l'association Femmes Solidaires, l'antenne nantaise estime que la prostitution doit être abolie : "Il est fondamental que la prostitution soit reconnue comme une violence, explique cette bénévole de l'association. La loi de 2016 qui pénalise les clients est une bonne chose."

D'autres associations estiment de leur côté que cette loi contraint les prostituées à se cacher et rend cette pratique encore plus dangereuse et sujette aux violences.
 

Manque d'écoute 


Il y a donc plusieurs rassemblements à Nantes mais une volonté commune de dénoncer les violences faites aux femmes et notamment le manque d'écoute et d'efficacité encore des parquets et des forces de l'ordre : "Nous recueillons encore trop souvent des témoignages de femmes qui ne sont pas entendues "dénonce un collectif.

D'autres rassemblements étaient également organisés dans la région dont un à Saint-Nazaire.
 
Le rassemblement contre les violences faites aux femmes à Saint-Nazaire / © Christophe François
Le rassemblement contre les violences faites aux femmes à Saint-Nazaire / © Christophe François
 

24 500 victimes


L'Agence d'Etudes Urbaines et Rurales de la Région Nantaise estime que sur l'agglomération de Nantes 24500 femmes sont victimes de violences sur un an. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus