• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : question sécurité, la ville mise sur la vidéoprotection et l'ilotage de proximité

104 caméras de vidéoprotection surveillent 24h/24 les quartiers nantais. / © Vincent Raynal/ France3 Pays de la Loire
104 caméras de vidéoprotection surveillent 24h/24 les quartiers nantais. / © Vincent Raynal/ France3 Pays de la Loire

Vidéoprotection, ilotage de proximité, ouverture d'une maison de la tranquilité publique, effectifs policiers renforcés. Ces deux dernières années, la ville de Nantes a fait  de la sécurité son cheval de bataille.

Par Céline Dupeyrat

Chaque année, la ville de Nantes de Nantes qui mise sur la vidéoprotection et les patrouilles de proximité augmente son budget de la sécurité publique d'1,6 millions d'euros. en fonctionnment . 3,8 millions ont par ailleurs été consacrés à l'investissement depuis le début du mandat. 

Les effectifs policiers ont, pour leur part, été renforcés de 20%, portant à 115 le nombre d'agents sur le terrain.

La sécurité est un droit pour chacune et chacun des Nantaises et des Nantais, quel que soit son lieu de vie, de travail, ses activités et ses horaires. C'est d'abord une compétence de l'Etat, mais la Ville a un rôle a joué. J'en ai fait une de mes principales priorités et pris des initiatives fortes durant ce mandat -Johanna Rolland, Maire de Nantes-

 

Des actions ciblées et renforcées avec la Police nationale


Ces dernières années la ville a souhaité développé un partenariat avec la police nationale en particulier en centre-ville (patrouilles mixtes, opérations communes hebdomadaires) .
 
 De son côté, le ministère de l’Intérieur s'est engagé à doter Nantes d’effectifs supplémentaires tant pour la police desécurité du quotidien (PSQ) que pour les enquêtes.
 

Remplacement des départs à la retraite.


39 postes seront  affectés à Nantes le 1er avril prochain. " Cette arrivée constituera une première étape dont je ne me contente pas ",  précise Johanna Rolland qui salue le déploiement de la PSQ dans 3 quartiers nantais : Bellevue, Dervallières et Malakoff).

" Chaque jour, ce sont 7 à 8 patrouilles de policiers municipaux qui sont mobilisées, en proximité, surl’espace public, au contact direct de la population, à pied, en transports en commun, pour apporter des réponses au plus près des problématiques du quotidien des habitants, des commerçants. Ce sont également 20 téléconseillers, 15 agents administratifs et 63 instructeurs pour les demandes expertes qui accueillent les demandes à la Maison de la tranquilité publique et 18 opérateurs qui pilotent 24h/24 et 7J/7 les 104 caméras de la Ville installées dans 12 secteurs ", précise Gilles Nicolas, Adjoint au maire à la sécurité et à la tranquillité publique.
 

Vidéoprotection : 30 camèras supplémentaires

L'outil ne fait pas toujours l'unanimité, souvent décrié au nom des libertés individuelles. Pour la ville en tout cas c'est un atout majeur :  "la vidéoprotection vise à favoriser la cohésion sociale au sein du territoire métropolitain et à lutter contre le sentiment d’insécurité des habitant.e.s. L’objectif est de sécuriser davantage certains lieux de vie où se développent des incivilités récurrentes et des problèmes de délinquance. Grâce aux images recueillies, la vidéoprotection va également permettre de résoudre des faits de délinquance par des vidéopatrouilles, en orientant les enquêtes, pour une réponse pénale de la Justice".
De nouvelles caméras ont été installées au hangar à bananes à Nantes / © Vincent Raynal/france 3 Pays de la loire
De nouvelles caméras ont été installées au hangar à bananes à Nantes / © Vincent Raynal/france 3 Pays de la loire


En chiffres


→ 12 secteurs vidéoprotégés
→ Nombre de caméras sur Nantes : 104
→ 18 agents dont 15 opérateurs
→ Police municipale : 16 % des dossiers traités : perturbation espace public, stationnement gênant, altercation, rixes
→ Police nationale : 70 % des dossiers traités, toutes typologies et tous secteurs
→ 1 comité d’éthique (transparence, respect des libertés individuelles et publiques)

Centre ville : 723 faits (concentration de faits visibles de part leur typologie (rixes, agressions, altercations, regroupements..)
Tous quartiers : 381 faits (faits moins visibles : trafic stupéfiants)
Hangar à Bananes : 209 faits (atteintes aux biens et aux personnes, perturbation espace public, secours)
Hors secteur : 87 faits

 Depuis sa  mise en place en avril au 31 décembre 2018, 1400 événements ont été suivis par le Centre de Surpervision Urbain. 

Les quartiers les plus sensibles

    • Bellevue : secteur Mendes France, Lauriers et abords, axe Romain Rolland ;
    • Boissière ;
    • Bottière : Place de la Bottière et zone TC Souillarderie ;
    • Breil : Rue Jacques Feyder et centre commercial du Breil ;
    • Clos Toreau : Places du Muguet Nantais et du Pays Basque et abords ;
    • Centre ville : axe Miroir d’eau à Commerce, incluant le coeur du Bouffay ;
    • Centre ville : secteur Graslin, Crébillon, Royale, Calvaire ;
    • Dervallières : Place des Dervallières et abords ;
    • Hangar à Bananes : Quai des Antilles – Parc des Chantiers (cheminement nocturne) ;
    • Malakoff : Angleterre, Madrid/Tchécoslovaquie, Place Rosa Parks/Berlin ;
    • Nantes Nord : Chêne des Anglais, axe route de la Chapelle ;
    • Nantes Est : Centre de Gros.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus