Nantes : "Vie étrange" le carnet de bord musical et le nouveau disque de Dominique A

L'artiste nantais sort un nouveau disque le 6 novembre aprés un livre hommage à Philippe Pascal, chanteur du groupe Marquis de Sade. Parmi les 10 titres de l'album "Vie Etrange" figure "L'éclaircie". Une reprise d'un des groupes du chanteur rennais. Elle était déjà sortie sur le web au printemps.

Dominique A sort son nouvel album "Vie étrange" le 6 novembre chez Cinq7/Wagram
Dominique A sort son nouvel album "Vie étrange" le 6 novembre chez Cinq7/Wagram © Jean-Marc Lalier
"Contre vents et virus, j'ai le plaisir de vous annoncer que la sortie de "Vie étrange" est maintenue à ce vendredi 6 novembre. Disque impulsé par le premier confinement, il eût été regrettable que le deuxième lui coupe la chique...

Une précision du chanteur sur ses réseaux sociaux qui s'impose en cette période de reconfinement et de fermeture des lieux culturels.

Rencontré dans son atelier de Rezé près de Nantes, Dominique A garde le cap d'une sortie d'album programmée avant les dernières annonces gouvernementales.

"On a évoqué la chose (le report de la sortie d'album) avec la maison de disques. Ca a duré un quart d'heure. Je trouvais ça d'une tristesse infinie."

"Et puis il y a une logique: ce disque n'aurait pas dû exister. Il existe parce qu'il y a un événement qui est le confinement. Par le fait des circonstances il sort au moment même où on est à nouveau dans cette situation-là".

Il faut que l'art et la culture continuent à circuler. Eux aussi. Eux surtout. Si on arrête tout on rentre dans une forme d'abdication et de renoncement.

Dominique A

Petit coup du sort pour l'artiste qui perd avec la fermeture récente des disquaires une fenêtre d'exposition importante, même si la vente en physique reste possible par livraison et que l'album sort aussi sous forme digitale.
"Vie étrange" le carnet de bord musical de Dominique A
 

La musique se diffuse sans l'objet

"Evidemment je ne vais pas vendre beaucoup de disques en physique (dans les magasins) mais les enregistrements existent"

"C'est la force et la malédiction de la musique; c'est qu'elle est désormais accessible sans support aujourd'hui. On peut donc la diffuser sans un objet" précise Dominique A.

"Pour moi c'est très frustrant parce que je suis de la vieille école".

A l'heure de notre rencontre le chanteur est toujours dans l'attente de recevoir ses propres exemplaires du précieux album. Sans savoir si, le jour J de la sortie,  il pourra serrer son nouveau bébé musical dans ses mains.

Les exemplaires sont pressés mais pour l'instant ils sont stockés dans un entrepôt de la banlieue parisienne.

"Peut-être que je ne pourrais pas avoir ce moment où on reçoit le disque vraiment physiquement et où on se dit: "voilà il est là!" . C'est toujours un moment qui compte pour moi. Je ne sais pas combien de temps je vais devoir attendre pour le vivre! (sourire)."

Toute la genèse du projet semble marquée d'ailleurs par les coups du hasard, qu'on hésite à qualifier d'heureux au vu la tournure des temps actuels. 
 

Un disque du hasard

Comme l'écrit lui même le chanteur dans ses notes d'album: "La chose n'était pas prévue mais qu'est ce qui l'était cette année?"

En effet. Dominique A venait de sortir deux albums quasiment coup sur coup en 2018, "Toute Latitude" et "La Fragilité". Une pause était prévue "pour rechercher les batteries créatrices".

Elle sera de courte durée.
le chanteur dans son atelier situé à Rezé près de Nantes
le chanteur dans son atelier situé à Rezé près de Nantes © Jean-Marc Lalier
 

Une année folle

Comment est né cet album? Comme toujours chez Dominique A tout est affaire de mots et de musique entremélées si intimement que l'un provoque l'autre, sans plus vraiment savoir qui de l'oeuf ou de la proverbiale poule était là en premier.

L'écrivain Dominique Ané s'attache à l'écriture d'un court livre-hommage à un de ses modèles, le chanteur Philippe Pascal récemment disparu.

Avec son groupe Marquis de Sade le rennais a marqué l'histoire du rock français et nourri l'admiration de nombreux musiciens. Dont le jeune Dominique A qui fera la première partie d'un de ses groupes Marc Seberg.

Dissous depuis des décennies, le groupe Marquis de Sade se reforme en 2017 pour plusieurs concerts et un troisième album est même en gestation.

Il sera interrompu par le décés brutal du chanteur au mois de septembre 2019, alors que se profilait une écriture des textes du dit-album à quatre mains avec Dominique A.

Le livre, orné d'une photo du magnétique chanteur, raconte en une soixantaine de pages les rencontres souvent ratées entre les deux artistes.

Deux destins croisés liés à deux villes voisines, Nantes et Rennes, à la fois si proches et si lointaines.
un livre et un disque, les deux visages de Dominique Ané alias Dominique A
un livre et un disque, les deux visages de Dominique Ané alias Dominique A © Vincent Calcagni

"Ca arrive par étapes. J'avais écrit le texte sur Philippe  '("Fleurs plantées par Philippe" est paru le 8 octobre)" se remémore Dominique A depuis son atelier rezéen.

"Le confinement arrive, je commence à jouer de la guitare et le morceau "L'éclaircie" apparait".

"Je me suis dit je vais la mettre sur internet et ce sera un signe donné aux gens.  Avec une chanson qui me semblait parfaitement adaptée par son propos à ce qu'on vivait
"
"Vie étrange" le carnet de bord musical de Dominique A

Le pas de côté

"Je m'attendais pas du tout à ce que ce soit aussi fort autour de cette reprise et tout du coup ca légitimait presque de m'y remettre vraiment".

Le chanteur nantais laisse alors provisoirement de côté un autre projet sur lequel il travaillait et décide de partir sur de l'improvisation.

"Je prenais une boite à rythme, je la passais dans une pédale d'effet. J'avais un rythme, je plaquais une suite d'accords très simples et après j'avais un texte et un mélodie à trouver".

Nous sommes dans un confinement généralisé, y compris pour le nantais, enfermé en famille dans sa maison des bords de Loire.

"C'était vraiment des moments de respiration pour moi parce que j'étais dans un cadre familial enfermé comme tout le monde. Avec un petit garçon. Et que j'avais un peu de liberté".

"Je pense que cette liberté s'injectait dans ce que j'écrivais. Même si c'est une liberté un peu paradoxale qui peut sembler entachée de sentiments un peu sombres, surtout sur les premiers enregistrements".

"Il y a vraiment cette accumulation de morceaux qui font qu'à un moment je me suis dit, mais je suis en train de faire un disque!"

"Il y a deux phases dans ce disque. Déjà dans ce disque il y a typiquement deux faces, c'est confinement et déconfinement en quelque sorte"

Ce disque je le revendique comme étant un peu un objet à part qui ne sera pas accompagné de concerts

Dominique A

Pas de concerts

Et une fois le reconfinement passé? Une possibilité de voir l'artiste jouer les 10 titres de l'album sur scène? Pas vraiment...

"L'idée de jouer non. Ce ne sont pas tellement des morceaux qui s'y prêtent vraiment, à quelques exceptions près."

"Il n'y a pas de frustration par rapport à la scène parce que jamais je n'ai imaginé que j'allais faire une tournée quand l'idée du disque est vraiment née"

"Après je lâche l'album dans la nature, mais il y a des interviews, des rencontres. Ce n'est pas une oeuvre autarcique qui est complétement fermée sur elle même, qui n'a aucun rapport avec les gens"

"J'aime beaucoup l'idée que ce soit livré et qu'il n'y ait pas de suite. Ca me change".
 

Absolument sidérant

Pour un chanteur peu adepte de l'évocation de l'actualité dans son oeuvre voilà une nouveauté, même si les chansons de "Vie Etrange" ne sont toutes pas toutes explicitement évocatrices de la période.

Elles sont tout de mêmes reliées au dit moment par leur processus de création et leur atmosphère.

"J'aime assez l'idée d'un carnet de bord musical en temps réel, même avec un léger différé bien sûr"

Un disque conçu lors du premier confinement, dont la sortie est prévue en plein déconfinement, sort finalement en plein reconfinement.

Alors que l'entretien se déroule on évoque forcément la toute récente fermeture des lieux culturels, et notamment celle des librairies, car l'artiste, chanteur lettré, est un boulimique de lectures.

Quelle réflexion lui inspire plus largement ce nouveau confinement qui touche de plein fouet le secteur de la culture et des arts?

Réponse sans détour et avec beaucoup de dépit.

"On parle beaucoup des libraires mais assez peu des disquaires qui sont les grands perdants de cette histoire" détaille Dominique A qui s'étonne  "Il y a clairement des écarts de traitement suivant les secteurs d'activité.".

Et de poursuivre: "Je trouve ça absolument sidérant et ça dit beaucoup de choses sur la facon dont nos gouvernants considèrent la culture"

"C'est une idéologie, ce n'est pas compréhensible."

"Aller voir un concert dans une salle de spectacle où tous les protocoles sont appliqués à la lettre comme le concert auquel j'ai participé (NDLR
Dominique A a donné une lecture-spectacle avec l'écrivain Dominique Fabre début octobre à Nantes), où tout le monde à suivi une ligne protocolaire bien traçée avec à ma connaissance aucun cluster, et en même temps des transports en commun qui sont bondés, des entreprises où tout le monde enlève les masques à la cantine: où est la cohérence?"

"Après je me méfie toujours du discours des artistes qui défendent un peu leur chapelle évidemment."

"Parce qu'il y a toute une catégorie de gens pour qui les arts, la culture ce n'est pas très important. Il faut bien le dire; ce n'est pas important pour tout le monde. Mais il y a quand même beaucoup de gens pour qui ça l'est. Et il n'y a pas de raison objective si ce n'est idéologique, que ce secteur soit à ce point impacté et mis de côté par rapport à toutes les possibilités qu'il y a de continuer à exercer une activité
".

"Je trouve ça sidérant. Il y a toujours le double discours entre les grandes valeurs, la culture française, l'exception culturelle,  et la mise en pratique. Il y a vraiment un gouffre entre un discours et une réalité".

Dominique A

"Après je sens plus de découragement que de colère en fait dans le domaine de la musique, une sidération qui n'en finit pas en quelque sorte"
 

Retour à la maison ?

Après cette parenthèse refermée, celui que beaucoup considèrent comme un des piliers de la nouvelle scène française des années 90 et un chanteur français reconnu envisage t'il un successeur "traditionnel" à ce disque si particulier, pas vraiment un album au sens propre de Dominique A.

Bref, monsieur A, comment voyez-vous l'Avenir?

"Ces enregistrements à la maison ont  interrompu un travail d'écriture qui était un peu en panne sèche" explique le chanteur.

"Le fait d'avoir eu cette espèce de respiration un peu étrange ça me remet dans le jeu de ce projet que j'avais mis un peu de côté"

"Je reprends les choses ou j'en étais avant le confinement. Des chansons que j'avais déjà composées et d'autres qui vont arriver. Mais avec une volonté de travailler sur un projet de groupe.  Avec un cahier des charges assez léger et beaucoup de temps pour le faire"

"Et là j'ai des périodes d'enregistrements en studio en équipes qui sont... arrêtées (rires)"

"J'ai aussi envie de collaborations plus ponctuelles. C'est aussi un effet du confinement"

"De temps en temps un projet qui dure trois mois, avec un enregistrement et quelques concerts. Et puis on passe à autre chose. Et pas forcèment ce rituel avec l'album qui sort et un an de travail autour en aval, avec la promotion, la tournée

"Et on sort de tournée et tous les morceaux sont essorés, rincés. On est soi même une espèce de serpillière (rires).
 

Des collaborations ponctuelles

Et produire des artistes?  "Ca je sais pas trop"

"J'aime toujours faire des collaborations. Là je viens d'en faire deux."

"Une première collaboration avec une artiste qui s'appelle Fredrika Stahl, une chanteuse suédoise qui a notamment composé la bande originale du film "Demain" réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion"

"On a fait un duo pour son prochain disque (sortie prévue en  2021). C'est un texte en français qu'elle a été répêcher dans une de mes chansons qui n'était jamais parue. Et elle a refait une musique dessus. Elle m'a proposé ensuite de le chanter en duo. C'est une jolie histoire parce que c'est une réelle co-écriture de morceau. Le morceau est vraiment trés beau".

"Autrement j'ai aussi fait une collaboration avec l'artiste electro Rone. On a été mis en contact. On s'était déjà rencontré une fois (NDLR: Rone avait remixé la chanson "En surface" écrite par Dominique A pour Etienne Daho)

"Il m'a envoyé une musique, j'ai enregistré les voix chez moi et puis ça va être une surprise. Mais ça ce sont des collaborations très épisodiques, ponctuelles"

"Je ne rentre pas dans une collaboration très étroite. Produire d'autres gens par exemple ça ne m'intéresse pas du tout parce que je manque de psychologie totalement... et de patience (rires)"

Histoire de faire patienter ses fans Dominique A sort vendredi 6 novembre "Vie Etrange" chez Cinq7/wagram, son livre "Fleurs plantées par Philippe" est disponible chez Médiapop Editions.

Pour les fans et ceux qui ne connaitraient pas l'univers de Dominique A une excellente introduction à sa musique est également disponible: "Dominique A, Solide, entretiens biographiques avec Grégoire Laville" paru aux éditions Locus Solus.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique société confinement santé coronavirus/covid-19