Cet article date de plus de 3 ans

Notre-Dame-des-Landes : retour sur trois mois de médiation

Nommés en juin 2017 pour régler la controverse autour du projet d'aéroport à notre-Dame-des-Landes, trois médiateurs ont invité les partisans et détracteurs du projet pour un premier point-étape en préfecture. Retour sur la genèse de cette nouvelle et peut-être ultime médiation. Verdict en décembre.
Les médiateurs sur le projet de Notre-Dame-des-Landes réunis en juin 2017 à Matignon autour, notamment, d'Édouard Philippe et de Nicolas Hulot. Leur rapport est attendu pour le 1er décembre.
Les médiateurs sur le projet de Notre-Dame-des-Landes réunis en juin 2017 à Matignon autour, notamment, d'Édouard Philippe et de Nicolas Hulot. Leur rapport est attendu pour le 1er décembre. © France 3
Un ancien pilote proche de Nicolas Hulot, un ingénieur du conseil économique et social et une préfète. Tels sont les trois médiateurs nommés en juin 2017 pour remettre à plat et faire bouger le projet d’aéroport de Notre-Dame-de-Landes.

Anne Boquet, Gérard Feldzer (l’ancien pilote) et Michel Baldré (l’ingénieur) ont la lourde tâche de déminer un dossier ultrasensible, plombé depuis des années par l'indécision politique et l'inaction, par des affrontements parfois violents aussi sur le terrain.


200 personnes entendues depuis juin 2017



Pour Matignon, cette mission doit à la fois permettre d'envisager toutes les solutions mais aussi de répondre aux impératifs d'aménagement, dans un dialogue apaisé avec les acteurs dans le respect de l'ordre public. Le gouvernement attend un rapport pour le premier décembre.

durée de la vidéo: 01 min 26
La réunion des médiateurs pour l'éaéroport de Notre-Dame-des-Landes ©France 3 Pays de la Loire


Aujourd'hui, tous les points de vue ont été entendus. Près de 200 personnes ont déjà été auditionnées, dans le camp des antis comme des pro-aéroport. Et tous semblent camper sur leurs positions.

Pour les partisans, il est essentiel de respecter les jugements et la victoire du « oui » à la consultation. Pour les opposants, il faut réétudier chacune des questions : celle de l'exposition au bruit sur les deux sites, celle de la nature des sols, celle de l'eau.

L'heure tourne : en février 2018, la déclaration d'utilité publique arrivera à son terme. Il va donc falloir trancher entre des expertises très contradictoires. Se déterminer pour l'abandon ou la construction d'un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame-des-landes économie transports transports aériens