• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

L’une des plus grandes centrales photovoltaïques citoyennes en France est à Rezé, près de Nantes

"Il faut lutter contre les changements climatiques" Joseph Bonnet est l'un des 304 souscripteurs de "MIN à Watt" / © Olivier Quentin
"Il faut lutter contre les changements climatiques" Joseph Bonnet est l'un des 304 souscripteurs de "MIN à Watt" / © Olivier Quentin

Tous disent vouloir apporter leur pierre à l'ouvrage de la transition énergétique. 304 souscripteurs ont investi dans des panneaux posés sur les toits du nouveau Marché d'Intérêt National de Nantes. Ils inauguraient leur projet d'énergie citoyenne ce samedi.

Par Olivier Quentin

Agnès Lerenard-Audric en est convaincue : "C'est comme ça qu'on va faire avancer les choses !"

Cette habitante de Basse-Goulaine, dans l'agglomération de Nantes, avait entendu parler du projet "MIN à Watt" dans les médias. "La transition écologique est nécessaire, dit-elle, et elle passera par l'implication des citoyens. Je cherchais un projet local et propre. J'ai trouvé celui-là bien construit, bien pensé."

Alors Agnès a investi 1500 euros dans "MIN à Watt", ce projet qui consiste à déployer 3000 m² de panneaux photovoltaiques sur un des toits du tout nouveau Marché d'Intérêt National de Nantes. 
 
Agnès Lerenard-Audric a un projet de panneaux photovoltaïques chez elle mais elle a d'abord investi dans "MIN à Watt" / © FTV Olivier Quentin
Agnès Lerenard-Audric a un projet de panneaux photovoltaïques chez elle mais elle a d'abord investi dans "MIN à Watt" / © FTV Olivier Quentin

La réalisation était inaugurée officiellement ce samedi 22 juin par le collectif des citoyens souscripteurs, différents acteurs du monde des énergies renouvelables comme Cowatt et Enercoop ainsi que Nantes Métropole.

Et il en a fallu de l'énergie pour monter ce projet salué par Johanna Rolland, la Présidente de Nantes Métropole.

"Ce qui est important dans ce projet, a souligné J. Rolland, c'est qu'il vient conjuguer la puissance de la collectivité et la capacité citoyenne."
 
"On s'est battu pour que ce projet aboutisse." Julie Laernoes Vice-Présidente Nantes Métropole / © FTV Olivier Quentin
"On s'est battu pour que ce projet aboutisse." Julie Laernoes Vice-Présidente Nantes Métropole / © FTV Olivier Quentin

"On s'est battu collectivement pour que ce projet aboutisse, se réjouit Julie Laernoes, vice-présidente de Nantes Métropole en charge de la transition énergétique. Si on veut changer de modèle, il ne faut pas que ce soit les grands groupes qui s'occupent de la production d'énergie mais les citoyens."
 

Je n'en attends rien au sens financier...


Quand on interroge les souscripteurs, ils sont bien incapables de dire à quel moment leur investissement sera rentabilisé. Ce n'est pas ça qui les mène.

"Je n'en attends rien au sens financier, avoue Bruno Aoustin, souscripteur, j'ai acheté pour 300 euros de parts pour ma fille Jeanne qui a 5 ans. C'est symbolique, ça représente l'avenir. Les enjeux en terme d'impacts climatiques, seront pour eux, pour les enfants."
 
Une partie des 3000 m² de panneaux photovoltaïques sur le toit du MIN de Nantes à Rezé. / © FTV Olivier Quentin
Une partie des 3000 m² de panneaux photovoltaïques sur le toit du MIN de Nantes à Rezé. / © FTV Olivier Quentin

Et ils ont tous le sourire ce samedi matin. Il faut dire que le projet était loin d'être simple à monter. 

Julie Laernoes, la vice-présidente l'a porté pour le partenaire Nantes Métropole. Cowatt et Energie Partagée Investissement ont réuni les investisseurs. Ils sont 304 dont la plupart de l'agglomération nantaise, il y a même un Suisse, nous a-t-on dit.

Et dans les méandres du dossier, il y avait les services de la Métropole dont Marjolaine Force. Elle est cheffe de projet pour les énergies renouvelables. Pour mener à bien cette opération, mieux valait ne pas brasser de l'air !

Car le montage était délicat. On ne peut pas dire que les lois actuelles facilitent de tels projets citoyens. Il a fallu jongler avec les difficulté juridiques.
 

Un projet passionnant...


"On est dans une sorte de vide juridique, explique Marjolaine Force, il a fallu inventer, innover. "MIN à Watt" qui est le propriétaire des panneaux photovoltaïques n'est pas le consommateur de l'électricité produite, c'est le MIN. Nantes Métropole est propriétaire des lieux. Ce qui implique 20% de taxes sur l'électricité produite. Sur un tel projet citoyen un tel surcoût n'est pas envisageable." 

Marjolaine a innové comme elle dit et trouvé le montage juridique pour que le projet soit viable... et légal. "Un projet passionnant" conclut-elle.

Les 3000 m² de panneaux photovoltaïques financés par les 304 contributeurs pourront donc fournir l'électricité qui alimentera les groupes froid du Marché d'Intérêt National, 15% de leur consommation annuelle.

L'équivalent de 160 foyers.

Sur le même sujet

Circuit Bugatti : dernier départ du Grand Prix Meule Bleue

Les + Lus