Vertou, près de Nantes : les arbres attendent la décision du tribunal administratif

À Vertou, le réaménagement du site de la Chaussée des Moines continue de mobiliser les protecteurs des arbres. Les habitants opposés à leur abattage ont fait appel au Groupe national de surveillance des arbres.

Le Groupement national de surveillance des arbres est venu à Vertou prêter main forte aux riverains opposés à la coupe des arbres proches de la Chaussée des moins
Le Groupement national de surveillance des arbres est venu à Vertou prêter main forte aux riverains opposés à la coupe des arbres proches de la Chaussée des moins © Boris Vioche / France Télévisions
À Vertou, les bords tranquilles de la Sèvre Nantaise sont plutôt agités depuis 15 jours. Les machines de chantier se sont emparés du quai pour rénover l'écluse d'un côté, tandis que de l'autre, les habitants opposés à l'abattage de 16 arbres situés un peu plus loin en bord de quai, continuent de mobiliser.

Les panneaux invitant les passants à signer la pétition ont été accrochés plus haut sur les troncs, des Vertaviens, sans doute favorables au projet, les ayant enlevés.

Pour empêcher l'abattage de ces arbres, les pétitionnaires ont reçu l'aide du Groupe national de surveillance des arbres. En l'occurrence celle de son fondateur, Thomas Brail, qui s'est déjà illustré dans la défense des arbres par des actions spectaculaires d'occupation de leurs cimes.
À Vertou, les arbres du quai de la Chaussée des Moines au centre d'une polémique entre défenseurs de l'environnement et et la mairie de la commune
À Vertou, les arbres du quai de la Chaussée des Moines au centre d'une polémique entre défenseurs de l'environnement et et la mairie de la commune © Boris Vioche / France Télévisions
"J'ai fait 600 km pour venir soutenir le collectif de Vertou, ces arbres sont protégés par l'article 350-3 du Code de l'environnement, c'est un article de loi qui interdit l'abattage des arbres d'alignement partout en France. Cet article de loi a été oublié, c'est pourquoi j'ai passé 28 jours à Paris dans un platane devant le ministère de la Transition écologique il y a un an, on s'aperçoit que ces dérives continuent à être orchestrées par des municipalités, on a prétexté que les arbres fragilisaient la stabilité de la berge pour les abattre et moi je trouve ça intolérable ! Je ne bougerai pas de Vertou jusqu'à ce que le tribunal administratif valide notre demande".

Le projet global d'aménagement du site de la Chaussée des Moines est porté par la métropole de Nantes, par le département et la commune de Vertou.

Rodolphe Amailland, le maire de Vertou, maintient son point de vue et se range à l'avis des techniciens qui ont expertisé les arbres et constitué le dossier, "sur cet ouvrage d'art, on ne sait pas si c'est les arbres qui tiennent le perré ou si c'est le perré qui tient les arbres, et donc, on a besoin pour rénover ce perré, d'abattre les arbres, de dessoucher, et ensuite de travailler sur cet ouvrage d'art qui fait la berge".
 
Le tribunal administratif de Nantes doit se prononcer sur la légalité de la coupe des arbres mercredi 23 septembre.  

Ce que dit l'article L350-3 du Code de l'environnement


Les allées d'arbres et alignements d'arbres qui bordent les voies de communication constituent un patrimoine culturel et une source d'aménités, en plus de leur rôle pour la préservation de la biodiversité et, à ce titre, font l'objet d'une protection spécifique. Ils sont protégés, appelant ainsi une conservation, à savoir leur maintien et leur renouvellement, et une mise en valeur spécifiques.

Le fait d'abattre, de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres est interdit, sauf lorsqu'il est démontré que l'état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l'esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d'autres mesures.

Des dérogations peuvent être accordées par l'autorité administrative compétente pour les besoins de projets de construction.

Le fait d'abattre ou de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres donne lieu, y compris en cas d'autorisation ou de dérogation, à des mesures compensatoires locales, comprenant un volet en nature (plantations) et un volet financier destiné à assurer l'entretien ultérieur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement aménagement du territoire