Notre-Dame-des-Landes : le rapport des experts est remis aujourd'hui

Michel Badre, Gérard Feldzer et Anne Boquet, entourés par Edouard Philippe, Elisabeth Borne et Nicolas Hulot (de gauche à droite) / © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Michel Badre, Gérard Feldzer et Anne Boquet, entourés par Edouard Philippe, Elisabeth Borne et Nicolas Hulot (de gauche à droite) / © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Après que des fuites aient eu lieu et que certains de nos confrères les aient reprises, il semblerait que ce rapport soit assez consensuel. Selon les experts le transfert de l'actuel aéeroport à Notre-Dame-des-Landes coûterait deux fois plus cher q'un réaménagement de l'actuel aéroport. 

Par Evelyne Jousset

De l'audition de partisans et d'opposants au projet d'aéroport, mais également de spécialistes et d'élus, les recommandations des trois experts, qui ont tout posé à plat, ne dicterait aucune préférence pour l'un ou l'autre des deux scénario. 

Rénover l'actuel aéroport 
Pour 9 millions de passagers à l'horizon 2040. selon leurs analyses, la rénovation serait presque deux fois moins chère que le transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Elle coûterait au maximum 545 millions d'euros, contre 992 millions d'euros pour le déménagement. Il faudrait, alors fermer l'aéroport environ neuf semaines. La somme évoquée est à mi-chemin entre le coût évoqué par les anti-NDDL (175 millions d'euros) et celui avancé par la Direction de l'aviation civile en 2013 (825 millions). Quant à la construction de Notre-Dame-des-Landes, elle était chiffrée en 2010 à 561 millions d'euros pour quatre millions de passagers, mais à 992 millions d'euros pour neuf millions de passagers. 

Indemnités à Vinci 
En matière de coût l'avantage irait donc au maintien de Nantes-Atlantique. Mais avec les pénalités que l'Etat devrait payer à Vinci. on évoque la somme de 280 millions d'euros, cela alourdirait  considérablement le prix total du maintien dans l'actuelle plateforme. Comme les collectivités, toutes pro-aéroport du Grand Ouest n'int pas l'intention de débourser un euro la charge en incomberait à l'Etat. Cela reste à déterminer. 

Répercutions sur l'environnement 
Le cabinet Carbone 4 a fait le point sur les conséquences des deux options pour l'environnement. Ils ont calculé l'empreinte carbone de la construction et de l'exploitation de l'équipement sur 20 ans. Les données brutes donnent encore l'avantage à Nantes-Atlantique. Les émissions de l'option Nantes-Atlantique sont 11% inférieures à celles de l'option Notre-Dame des Landes. Mais, selon Ouest-France, "cette étude n'intègre pas encore les mesures de compensation prévues pour NDDL".

Consensus chez les élus 
Les élus de gauche comme de droite sont vent debout pour la réalisation du nouvel aéroport. Jean-Marc Ayrault a déclaré ce week-end que si sa construction n'était pas autorisé  "ce serait un déni de démocratie". Bruno Retailleau ancien président de la région Pays de la Loire a déclaré que  "Renoncer à construire l'aéroport serait la première reculade d'Emmanuel Macron", Il rappelle que le candidat Macron avait déclaré vouloir "respecter" le résultat du référendum organisé en Loire-Atlantique en 2016. 

C'est dans un contexte plutôt confus que tous attendent et les conclusions du rapport et la décision du président de la République qui devrait intervenir en Janvier. 

Sur le même sujet

Archive avril 2015 : arrêt projet la médiathéque

Les + Lus