DOSSIER. Le boom immobilier... des Tiny houses

Nos habitations évoluent. Plus modulables, souvent plus petites dans les villes où l'on manque d'espace et où le prix au m² explose... Des évolutions qui vont parfois très loin, plus que vous ne l'aviez peut-être imaginé.

L'intérieur douillet d'une tiny house
L'intérieur douillet d'une tiny house © MaxPPP
Face au changement, est née une nouvelle forme de logement : les Tiny houses. Tiny pour minuscules, houses pour maisons.Ces sortes de cabanons améliorés, en bois et mobiles, ont une surface réduite de 10 à 45 m². Un habitat écologique beaucoup moins cher qu'un logement traditionnel.
© France Televisions
Il y a 4 ans, sans emploi, le Nantais Régis Hardouin a quitté sa maison pour 10 fois plus petit : 12 m² au sol, une mezzanine et un espace très optimisé. Coût total : 35 000 euros, un tarif imbattable pour devenir propriétaire.

Avec 35 000 euros, je n'aurais jamais pu accéder à un appartement ou une maison. Ou alors une ruine au fin fond de la France - Régis Hardouin, propriétaire d'une Tiny house

Logements ultra économiques, sans permis de construire et mobiles, les Tiny houses auraient séduit plus de 1 000 Français. Une alternative à l'habitat traditionnel née aux Etats-Unis dans les années 2000.


Ces maisonnettes en bois sur roues fleurissent partout en France depuis 2013. Plus petites, de 10 à 45m², plus écologique et bien moins chère (de 15 000 à 40 000 euros) qu'une maison traditionnelle.

D'abord solution à la crise économique, les micromaisons sont devenues le symbole d'un mode de vie sans superflu.
 

C'est vraiment une réalisation habitable toute l'année - Alexis Laurent, charpentier


"En terme d'isolation, on est sur quelque chose haute performance", explique Alexis Laurent, "on respecte vraiment les critères thermiques des constructions actuelles".

Autre argument : une empreinte écologique faible. Dernier bonus : le plaisir de se balader, maison sur le dos.
 

A Rezé, un quartier dédié au Tiny houses

Sans législation clairement définie à ce jour, il faut trouver un terrain privé, ou à défaut, se déplacer tous les 3 mois pour poser sa Tiny house. Alors la ville de Rezé, près de Nantes, a décidé de créer un quartier dédié à ces micromaisons.

6 000 mètres carrés de terrain vierge, près de la Maison Radieuse. L'idée est d'avoir ici les premières maisonnettes. Fin 2020, entre 3 à 6 tiny houses cohabiteront. Un véritable hameau. 

Le principe : la mairie met à disposition la parcelle, les propriétaires des micro-maisons sélectionnés se l'approprient.

"Nous on va s'occuper de la partie technique, aménagement. C'est aux futurs habitants d'imaginer comment ils veulent organiser et vivre cet espace là : par la localisation de leur mini-maison par rapport à celle du voisin, par l'espace collectif, comment ils veulent le vivre, le partager", explique Sevérine Durando, directrice du développement urbain à Rezé.

Pour habiter ici, les occupants paieront un loyer de 240 à 300 euros et la taxe d'aménagement.

Un pari sur l'avenir : Rezé veut promouvoir l'habitat alternatif. Une mairie pionnière en France.

"L'idée, c'est d'être expérimental, voir ce qui va fonctionner, ne pas fonctionner, et donner l'idée à d'autres collectivités", développe Véronique Charbonnier, adjointe (PS) au maire en charge du logement et de l’habitat à la mairie de Rezé.

A Saint-Brieuc, dans les Côtes d'Armor, une ingénieure a déjà regroupé des micro-maisons sur un terrain privé. Les logements y sont proposés à la location. Point commun des deux projets : l'envie de vivre ensemble l'aventure de la Tiny house. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter