Sur l'Estuaire de la Loire, le site du Carnet sera proposé "clés en main" pour des implantations industrielles

Il fait partie des 12 lieux français qui seront proposés "clés en main" pour simplifier les procédures d'implantations industrielles. Le site naturel du Carnet sur l'Estuaire de la Loire doit être présenté par le gouvernement ce lundi 20 janvier, à des investisseurs du monde entier.

En décembre dernier, une première mobilisation contre le projet de zone industrielle avait rassemblé une petite centaine de manifestants sur le site du Carnet.
En décembre dernier, une première mobilisation contre le projet de zone industrielle avait rassemblé une petite centaine de manifestants sur le site du Carnet. © Vincent Calcagni / France 3 Pays de la Loire
Un rêve d'industriel : des sites "prêts à construire", où toutes les procédures environnementales ou administratives ont été anticipées pour permettre aux investisseurs d'y construire rapidement leurs usines. C'est le principe des 12 sites "clés en main" dont la liste vient dêtre rendue publique par le gouvernement.

Une sorte de "catalogue" qui sera présenté ce lundi 20 janvier, lors du sommet sommet Choose France , organisé au château de Versailles par le gouvernement. 19 ministres, 180 chefs d'entreprises, 40 nationalités, et un objectif : pousser les investisseurs à s'installer dans l'Hexagone.

La France est aujourd’hui la première destination pour les investissements industriels étrangers en Europe. Il nous faut conforter et amplifier ce mouvement. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat

Les lieux présentés comme "clés en main" ont déjà fait l'objet d'études environnementales ou archéologique, ce qui permettra de donner aux entreprises une idée du délai dans lequel ils pourront obtenir des permis de construire.
" Notre attractivité économique s’est sensiblement améliorée et la France est aujourd’hui la première destination pour les investissements industriels étrangers en Europe. Il nous faut conforter et amplifier ce mouvement." estime Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat qui porte le projet auprès du ministre de l'Economie et des Finances.


110 hectares en bord de Loire pour accueillir une zone industrielle


Dans les Pays de la Loire, le site naturel du Carnet, situé sur la rive sud de l'Estuaire de la Loire, fait partie des 12 sites. Le grand port maritime Nantes Saint-Nazaire y dispose d'une réserve foncière de 395 hectares, sur laquelle il souhaite installer une zone industrielle de 110 hectares. Initialement prévu pour devenir une zone dédiée à l'industrie naissante ( en France) de l'éolien en mer, le site dispose depuis 2017, d'un arrêté préfectoral fournissant toutes les autorisations d'aménagement, y compris sur le plan environnemental.

L'été dernier, une opération de communication a été lancée par le grand port maritime pour attirer d'éventuels investisseurs, qui avaient jusqu'au 29 novembre pour se faire connaître et exposer leurs projets. Les premiers travaux étaient annoncés comme pouvant commencer dans le courant de l'année 2020.

Une mouvement d'opposition au projet du Carnet


Dans la foulée, le collectif Terres Communes initiait l'opposition à ce projet. Début décembre, une première mobilisation rassemblait une centaine de personnes sur le site du Carnet, et le 09 janvier dernier, une réunion d'information était organisée dans un café de Paimboeuf, une commune limitrophe.

Et là, on va accentuer encore la non-concertation des habitants en accélérant le projet. C'est un vrai déni de démocratie Yoann Morice, membre du collectif Terres Communes

" La plupart des personnes présentes n'étaient pas au courant du projet, alors que les travaux préparatoires peuvent commencer dans moins d'un an. Et là, on va accentuer encore la non-concertation des habitants en accélérant le projet. C'est un vrai déni de démocratie" s'indigne Yoann Morice, membre du collectif Terres Communes en apprenant l'existence du dispositif "clés en main".

Parmi les arguments du collectif, l'artificialisation des sols dans une zone humide, la présence de 116 espèces protégées parmi lesquels plusieurs menacées de disparition dans la région, ou encore le risque de submersion : "Le projet prévoit de réhausser l'ensemble des 110 hectares de 50 centimètres, par l'ajout de remblais" explique Yoann Morice, " et encore, il ne prend pas en compte les dernières prévisions des scientifiques, rendues publiques par le site Climate Central, qui modélisent une submersion annuelle à partir de 2030."

 

Le collectif Terres communes alerte sur les risques de submersion ayant été mis en évidence par les scientifiques, avec une carte issue du site Climate Central.
Le collectif Terres communes alerte sur les risques de submersion ayant été mis en évidence par les scientifiques, avec une carte issue du site Climate Central. © Terres Communes


Un site disponible à l'aménagement depuis 2017


La procédure "clés en main" semble faire partie des réponses apportées au coup de gueule passé, au printemps dernier, auprès de Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, par le patron du groupe aéronautique français Safran, qui rencontrait des difficultés pour l'implantation notamment d'une usine à Bordeaux.

Concernant le site du Carnet, la problématique semble un peu différente, dans la mesure où le site est disponible à l'aménagement depuis 2017. 
Le dispositif présenté par le gouvernement lui permettra de disposer de deux vitrines à l'internationale, la première le 20 janvier lors du sommet Choose France, une seconde exposition étant prévue lors du salon Global Industries, du 31 mars au 3 avril à Villepinte.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
estuaire mer nature environnement industrie économie polémique société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter