• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Gilets Jaunes de Saint-Nazaire : entre colère et gaz lacrymogènes

Environ 200 manifestants se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Saint-Nazaire, fermée toute la journée, mais dont les abords étaient gardés par la Police Nationale / © C.François France 3 Pays de la Loire
Environ 200 manifestants se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Saint-Nazaire, fermée toute la journée, mais dont les abords étaient gardés par la Police Nationale / © C.François France 3 Pays de la Loire

Le rassemblement de 200 gilets jaunes devant la sous-préfecture de Saint-Nazaire ce mercredi s'est déroulé dans le calme malgré la colère des manifestants. En revanche, en approche de la mairie, ils ont essuyé des gaz lacrymogènes tirés par la police, gaz ressentis dans tout le centre-ville.

Par Christophe François

Saint-Nazaire, 14 heures, rue Vincent Auriol. Près du front de mer, des fourgons de police.

A 100 m,  environ 200 gilets jaunes sont rassemblés devant l'accueil de la sous-préfecture, fermé ce mercredi pour cause de manifestation.

Dans le porte-voix qui circule de main en main, et sur des feuilles de papier suspendues à un fil,  les revendications principales des manifestants. Pouvoir d'achat, baisse des taxes sauf pour les riches, augmentation des salaires, retraites et minimas sociaux.
Les revendications se lisent ou s'écoutent lors des prises de parole / © C.François France 3 Pays de la Loire
Les revendications se lisent ou s'écoutent lors des prises de parole / © C.François France 3 Pays de la Loire
Les prises de parole se succèdent, chacun a accès à l'expression, pas de porte parole officiel. Les applaudissements sont ponctués de coups de klaxon d'automobilistes solidaires, certains s'arrêtent parler quelques instants.

L'ambiance est bon enfant, mais dans le haut-parleur résonne la voix de la colère. Les prises de parole du Président de la République hier mardi, du Premier Ministre ce mercredi matin n'ont pas donné satisfaction, accentuant même les frustrations.

Vers 14h30, les gilets jaunes contournent l'enceinte de la sous-préfecture pour se rendre devant la grille principale. Celle-ci est gardée par les forces de l'ordre. Quelques tentatives symboliques d'ouvrir ne débouchent pas, les gilets jaunes changent de cap.
La Police Nationale a pris position derrière la grille de la sous-préfecture de Saint-Nazaire, les gilets jaunes n'insisteront pas / © C.François France 3 Pays de la Loire
La Police Nationale a pris position derrière la grille de la sous-préfecture de Saint-Nazaire, les gilets jaunes n'insisteront pas / © C.François France 3 Pays de la Loire
 

Le mot d'ordre : "tous à la mairie !"


Mais à peine arrivés place François Blancho où le dispositif de la prochaine patinoire de Noël est entouré de ganivelles métalliques, les gilets jaunes tentés de s'approcher de l'entrée de la mairie sont accueillis par des tirs de grenades lacrymogènes.

La place est rapidement envahi de gaz irritant les yeux et les voies respiratoires.

Des tirs préventifs pour ne pas dépasser les ganivelles, semble dire le responsable des policiers en poste à un gilet jaune qui proteste, mais ces gaz ont également eu pour effet d'attiser la colère des gilets jaunes qui voient les tirs arroser la population de passage dans le quartier.

Bras tendus, smartphone à la main, les gilets jaunes enregistrent la scène et protestent à haute voix contre ces tirs jugés agressifs. 
 
Les gilets jaunes en approche de la mairie sont stoppés par des grenades de gaz lacrymogènes lancés par un cordon de police situé à l'entrée de l'Hôtel de Ville / © C.François France 3 Pays de la Loire
Les gilets jaunes en approche de la mairie sont stoppés par des grenades de gaz lacrymogènes lancés par un cordon de police situé à l'entrée de l'Hôtel de Ville / © C.François France 3 Pays de la Loire
Une scène qui sera rapidement postée sur Facebook. 

''N'oubliez pas Snapchat !",  crie un gilet jaune, "les jeunes ne regardent pas Facebook!".
Liberté, Egalité, Fraternité : la devise de la République est revendiquée par les deux camps. / © C.François France 3 Pays de la Loire
Liberté, Egalité, Fraternité : la devise de la République est revendiquée par les deux camps. / © C.François France 3 Pays de la Loire



 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus