• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Près de Saint-Nazaire, un car scolaire bloqué au passage à niveau, catastrophe évitée de justesse

Le car scolaire s'est engagé dans ce sens sur le passage à niveau de Brais, le conducteur a reculé à temps pour éviter le choc avec le train / © C.François
Le car scolaire s'est engagé dans ce sens sur le passage à niveau de Brais, le conducteur a reculé à temps pour éviter le choc avec le train / © C.François

Un car scolaire transportant 30 élèves s'est retrouvé entre deux barrières du passage à niveau au moment du passage du train.
Le conducteur qui s'était engagé malgré le signal a eu le réflexe de reculer et ainsi évité le pire. Il a été suspendu par son employeur.

Par Christophe François

Mardi 11 septembre, 17h. Un bus scolaire de la société Keolis ramène 30 enfants de l'école du Sacré Coeur de Pornichet vers leur commune de Saint André des Eaux.

Au moment de franchir le passage à niveau de Brais, le car se retrouve bloqué par la barrière d'en face et la barrière qu'il vient de passer est déjà abaissée contre le véhicule. Il est engagé de 2,50 m sur l'espace ferroviaire et a le réflexe de reculer.

Quelques dizaines de secondes plus tard, le train reliant Le Croisic à Saint-Nazaire passe à quelques dizaines de centimètres du bus. La catastrophe vient d'être évitée de justesse.
 

Comment est-ce possible?


Le conducteur a informé son employeur la société Keolis, sous-traitant de la STRAN ( Société de Transport de l'Agglomération Nazairienne ) pour les transports scolaires et a déposé les enfants au lieu habituel sur la commune de Saint André des Eaux et terminé son service, vers 17h30.

Christian Juhel, directeur de la STRAN s'est immédiatement rendu sur place, avec les agents de la SNCF, les signaux lumineux et les barrières ont été vérifiés : aucun défaut détecté.

Le conducteur est âgé d'environ 60 ans (et non de 35 ans comme nous l'évoquions dans un premier temps).
Ce conducteur a été contrôlé négatif à l'alcool et aux stupéfiants, il semble qu'un instant d'inattention soit à l'origine de la faute qui aurait pu conduire au drame.

En accord avec la STRAN, son employeur, la société Keolis l'a suspendu à titre conservatoire et écarté des services scolaires et de la STRAN. Il conduisait depuis 3 ans dans cette société, sans incident aucun. Interrogé, le conducteur n'a pas donné d'explication sur son comportement.
 

Transparence


A la suite de ce qu'il qualifie de fait majeur et non pas d'incident, Christian Juhel, le directeur de la STRAN, a prévenu le maire de  Saint-André-des Eaux ainsi que le directeur du Sacré Coeur de Pornichet afin de leur relater les faits.

Un peu plus tard, il a échangé avec plusieurs familles pour leur donner tous les éléments  d'information et entendre leurs réactions. Un communiqué sera rédigé et adressé  à l'ensemble des familles utilisant les transports scolaires sur cette ligne.

Face à l'inquiétude des parents, le directeur entend les remarques, les questions et renouvelle ses explications :  "Nous ne minimisons pas la gravité de l’événement. Nous avons souhaité communiquer rapidement.

Chaque année, nous recevons et nous sensibilisons les chauffeurs de bus, notamment sur les consignes de franchissement de passages à  niveau. Nos sous-traitants font de même.

A chaque rentrée scolaire, les 45 bus sont inspectés et contrôlés. Il y a encore des failles, difficile de savoir quoi faire de plus, nous sommes un peu démunis devant un tel cas."

 
Sur place, des techniciens confirment le bon fonctionnement de la signalisation, côté SNCF / © C.François France 3 Pays de la Loire
Sur place, des techniciens confirment le bon fonctionnement de la signalisation, côté SNCF / © C.François France 3 Pays de la Loire

 

Du déjà vu?


Malgré la prévention, la formation, la signalisation, il arrive que des cars scolaires soient impliqués dans des accidents sur des passages à niveau, il arrive aussi, qu'ils en réchappent, par miracle.

Vendredi 26 janvier 2018, vers 8 h 15, un bus scolaire transportant des élèves s’est arrêté au milieu du passage à niveau d’Elven ( près de Vannes, Morbihan ). Les barrières se sont alors abaissées. Le chauffeur a juste eu le temps de faire marche arrière, évitant de justesse un train. Il n’y a pas de blessé.  

Quelques semaines plus tôt, le 14 décembre 2017 six collégiens avaient  perdu la vie et 17 personnes ont été blessées dans l'accident entre leur car de ramassage scolaire et un train sur le passage à niveau de Millas. 
 

 
 
 
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus