Rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne : les militants partent à vélo à Paris déposer les 105 000 signatures

Les militants de Bretagne Réunie partent ce vendredi de Saint-Nazaire, direction Paris, pour y déposer les 105 000 signatures demandant le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.
Bretagne Réunie sur le départ à Saint-Nazaire pour aller à Paris porter les 100 000 signatures, le 14 juin 2019
Bretagne Réunie sur le départ à Saint-Nazaire pour aller à Paris porter les 100 000 signatures, le 14 juin 2019 © DR
Ces 105 000 signatures, les militants de Bretagne Réunie ont prévu de les emmener à Paris à la force du mollet. Un raid de 11 jours au terme duquel ils les déposeront à l'Elysée, Matignon ou l'Assemblée Nationale, selon les opportunités qui se présenteront.

Le militants de Bretagne Réunie se sont donné rendez-vous ce vendredi 14 juin dès 10 heures, boulevard de Verdun, à Saint-Nazaire. Une première étape qui les mènera à Nantes en d'après-midi. Ils ont prévu d'arriver le 25 juin à Paris.
Les 105 000 signatures rassemblées par Bretagne Réunie partent à Paris, le 14 juin 2019
Les 105 000 signatures rassemblées par Bretagne Réunie partent à Paris, le 14 juin 2019 © DR

Déclencher le "droit d’option"


Il aura fallu deux ans et demi à Bretagne Réunie pour recueillir 100 000 signatures manuscrites auprès d’habitants de Loire-Atlantique qui ont donné leurs noms, prénoms et date de naissance.  

100 000 signatures qui devaient servir à déclencher le "droit d’option", un dispositif légal qui donne la possibilité à un département de demander à sortir d’une région pour en intégrer une autre.

Mais les conseillers départementaux de Loire-Atlantique ont dit non au rattachement à la Bretagne le 17 décembre dernier par 30 voix contre, 13 pour et 15 abstentions.

Le 16 mai dernier, les militants de Bretagne Réunie s'étaient rendus au conseil Départemental pour tenter, en vain, de récupérer les signatures afin de les emmener à Paris. Les signatures originales étant restées dans les archives du Département, ce sont les doubles que les militants embarquent dans leurs sacoches à Paris.

100 000 signatures auxquelles ce sont additionnées 5 000 autres, recueillies à posteriori.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture régionale culture