Saint-Nazaire : il avait appelé à "cramer" la mosquée de Béziers, l'homme comparaîtra en janvier

Un habitant de La Baule en Loire-Atlantique avait posté sur Facebook un appel à "cramer la mosquée" de Béziers dans l'Hérault, le parquet de Saint-Nazaire indique qu'il comparaîtra en correctionnelle le 5 janvier 2021.

Tribunal de Saint-Nazaire
Tribunal de Saint-Nazaire © Frédéric Grunchec/France 3
L'homme, âgé de 50 ans et inconnu des services de police, avait posté cet appel dans le cadre d'une conversation sur Facebook le 17 octobre, au lendemain de l'assassinat de Samuel Paty, et sous son identité.
Il avait été placé en garde à vue le 23 octobre.
    
La vice-procureure du tribunal judiciaire de Saint-Nazaire, Michèle Pierson, précise que "c'est une personne qui a habité longtemps à Béziers et vit depuis peu de temps à La Baule. Les conséquences de ses propos l'ont semble-t-il dépassé, il a reconnu les faits et s'est expliqué très vite"
    
Il comparaîtra le 5 janvier pour le délit de "provocation publique directe, par voie électronique, et non suivie d'effet, à la commission du délit de destruction ou dégradation volontaire dangereuse pour les personnes", puni d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.
    
Une plainte avait été déposée le 20 octobre par l'association culturelle des Français musulmans de Béziers (ACFMB). Le parquet de Béziers s'était dessaisi le 22 octobre au profit de celui de Saint-Nazaire. 
    
Le message posté sur Facebook ne précisait pas laquelle des cinq mosquées de la ville dirigée par le maire d'extrême droite Robert Ménard serait visée. 
    
Le plaignant a été avisé de la date d'audience.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société réseaux sociaux