Saint-Nazaire : la taxe d'habitation sur les résidences secondaires augmente de 60%

Les résidences secondaires plus fortement taxées par les impôts locaux à Saint-Nazaire / © France 3 Pays de la Loire
Les résidences secondaires plus fortement taxées par les impôts locaux à Saint-Nazaire / © France 3 Pays de la Loire

A Saint-Nazaire, les propriétaires de résidences secondaires ont eu une très mauvaise surprise. Leur taxe d'habitation a augmenté de 60% ! Une décision de la ville, qui manque de logements pour ses habitants à l'année.

Par Myriam N'Guenor avec FB

Marie-Claire Pichon vit dans un appartement donnant sur le front de mer de Saint-Nazaire depuis 45 ans. Mais plusieurs par jour, elle prend sa voiture et rejoint sa deuxième maison à quelques kilomètres de là, à Saint-Marc-sur-Mer, station balnéaire rattachée à Saint-Nazaire. Une modeste demeure construite avant-guerre et héritée de ses parents, tout près du domicile de sa soeur.
"J'ai une soeur de 84 ans qui habite à 30 mètres", raconte Marie-Claire qui lui rend visite "4 fois par jour au lieu qu'elle soit en maison de retraite. On s'est donc arrangé comme ça, je suis souvent dans la maison de famille".

Cette maison est donc une résidence secondaire que la ville de Saint-Nazaire a décidé de surtaxer comme l'y autorise la loi depuis le début du mois de  janvier. Une majoration de 60 % cette année, soit 300 euros de plus sur la feuille d'imposition de Marie-Claire.
"Moi j'ai une retraite qui est au-dessus du SMIC mais pas plus", poursuit Marie-Claire, "donc je vais faire encore des efforts alors que je ne la trouve pas justifiée cette augmentation. Surtout, il y a résidence secondaire à Saint-Marc et résidence secondaire. Il y a deux choses : des gens qui viennent, qui ont fait des piscines".

"Moi je suis dans une maison où les parents ont fait leurs parpaings"

2 400 résidences secondaires sont concernées à Saint-Nazaire par cette hausse de la taxe d'habitation. Elle devrait rapporter 750 000 euros au budget municipal. Une mesure destinée, selon les élus, à favoriser l'habitat pérenne.

"De la discrimination fiscale"


"C'est un signal, pourquoi ? Parce qu'on s'est rendu compte depuis une dizaine d'années que les résidences secondaires augmentaient en nombre, 3 fois plus vite que les résidences principales", explique Martin Arnout, adjoint au maire en charge des finances, "alors que l'on souhaite déjà loger les gens qui souhaitent venir à Saint-Nazaire pour travailler, pour la retraite, pour tout le monde toute l'année".

Certains résidents secondaires se sont regroupés en collectif s'estimant victimes de "discrimination fiscale". Ils envisagent une action en justice.

► Le reportage de notre rédaction

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus